04/11/2008

Kivu....pas vu....

kivu

22/02/2008

Kosovo : Moscou menace

Le représentant de la Russie à l'Otan Dmitri Rogozine a estimé vendredi que la Russie pourrait "utiliser la force" si l'Otan ou l'Union européenne "défient" l'ONU sur le Kosovo.

"Si aujourd'hui l'Union européenne adopte une position unie ou l'Otan dépasse son mandat au Kosovo, ces organisations vont défier l'ONU et nous allons alors nous aussi partir du fait que nous devons utiliser une force brutale qu'on appelle une force armée, pour qu'on nous respecte".

charliehebdon818200208duc3

18/02/2008

Kosovo : et maintenant ?

Le Kosovo vient de proclamer, ce 17 février son indépendance. Cette décision, longtemps attendue, est présentée comme inéluctable après l’échec programmé des discussions entre Belgrade et Pristina. Parviendra-t-elle à calmer les tensions engendrées par le statu quo qui prévaut depuis l’instauration du protectorat international en 1999, ou ne risque-t-elle pas, au contraire, de rallumer tous les brasiers mal éteints de la région ? Et que sera le Kosovo de demain, « indépendant » mais sous contrôle, et sans aucune perspective économique viable ?

 Le Kosovo sera le plus jeune Etat d’Europe, il va expérimenter des formes encore inédites d’organisation politique, reposant sur une souveraineté très limitée et un protectorat international d’un nouveau type.Sur le plan économique, ce Kosovo a virtuellement renoncé à toute activité productive. Les entreprises de la région ne fonctionnent plus depuis longtemps, et l’économie du territoire ne repose que sur le commerce et les services. L’indépendance ne changera rien. Les projets de relance des activités minières demeurent très aléatoires, et la Serbie ne renoncera pas à ses droits de propriété sur la plupart des entreprises du Kosovo. Même après l’indépendance, la défense de ces droits de propriété se plaidera devant les tribunaux de commerce internationaux.Le Kosovo est également engagé dans une forme particulière de « mondialisation », celle des migrations de travail. Les apports financiers des centaines de milliers d’Albanais de la diaspora, établis en Suisse, en Allemagne, dans les pays scandinaves, en Belgique ou aux Etats-Unis sont vitaux pour le Kosovo. Ces flux migratoires ne sont pas prêts de se tarir, alors que le chômage frappe environ 60 % de la population active du territoire, que 60 % des Kosovars ont moins de 25 ans, et que chaque mois, 40 000 jeunes fêtent leur dix-huitième anniversaire sans avoir presque aucune possibilité de construire leur vie dans leur pays…

Les Kosovars accepteront-ils longtemps l’ersatz de souveraineté qui leur est offert, et la terrifiante misère qui va continuer d’être le sort de leur pays ? Depuis les émeutes de mars 2004, les missions internationales au Kosovo craignaient l’explosion d’une nouvelle bouffée de colère dont elles auraient été les cibles directes. Si l’indépendance satisfait les revendications politiques des Albanais, elle ne désamorcera pas la bombe sociale que représente le Kosovo.

fev1808

19/07/2007

Dialogue sur le Darfour

 Dix-huit pays réunis à Tripoli pour préparer les discussions entre rebelles et gouvernement soudanais.

Un pas a été franchi hier à Tripoli en vue de la relance de négociations politiques entre les protagonistes de la crise au Darfour. Au terme de deux jours de discussions dans la capitale libyenne, les représentants de 18 pays et organisations internationales ont soutenu le principe d’une rencontre début août en Tanzanie entre les envoyés de la communauté internationale et les dirigeants des groupes rebelles du Darfour. Cette réunion est destinée à aplanir les dissensions entre groupes rebelles du Darfour. Leur nombre est passé de trois à plus de douze depuis la signature en mai 2006 d’un accord de paix entre l’un d’entre eux et le pouvoir de Khartoum. Elle devrait, selon les décisions entérinées à Tripoli, être suivie par le lancement fin août des invitations pour un nouveau round de négociations entre le gouvernement soudanais et les rebelles du Darfour non signataires de l’accord de paix.

Ce plan d’action s’inscrit dans le cadre de la relance depuis cinq mois d’un processus politique désormais jugé indispensable par une communauté internationale qui s’est longtemps concentrée sur l’envoi d’une force de paix dans la province soudanaise où le conflit à fait plus de 200 000 morts et 2 millions de déplacés depuis 2003. Il est de plus conforme à la feuille de route pour la paix présentée début juin par l’envoyé spécial de l’ONU au Soudan, Jan Eliasson, et son homologue de l’Union africaine, Salim Ahmed Salim, qui ont profité de cette réunion pour rappeler la nécessité d’unir sous leurs bannières les initiatives pour la reprise du dialogue, dont la multiplication a desservi la paix. Néanmoins, l’optimisme affiché hier par les deux hommes, que traduit leur calendrier serré, pourrait se heurter aux multiples intérêts contradictoires à l’oeuvre sur le terrain.

darfour

 

11/07/2007

Iran : le programme nucléaire continue

L'Iran n'arrêtera pas l'enrichissement d'uranium

 

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad vient de déclarer que l'Iran n'arrêtera pas l'enrichissement d'uranium, alors qu'une délégation de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) se trouve à Téhéran pour tenter de régler les questions en suspens sur le programme nucléaire iranien.

"Le rythme d'installation (des centrifugeuses) peut baisser ou augmenter, mais personne ne doit s'attendre à ce que nous renoncions à notre droit et que nous arrêtions le travail »

 

iran-president-mahmoud-ahmadinejad

 

Darfour : 300.000 morts

Déjà 160.000 réfugiés au Darfour depuis le début de l'année et 300.000 morts en 3 ans...à force d'attendre....

darfour

 

Depuis le début de l'année, plus de 160.000 personnes ont fui les violences touchant la région soudanaise du Darfour, ont annoncé mardi les Nations unies (ONU). Le nombre de réfugiés s'élève actuellement à environ 2,1 millions de personnes. Selon l'ONU, la survie de quelque 4,2 millions de personnes vivant au Darfour, soit près des deux tiers de la population, dépend de l'aide internationale.

Il y a, chaque jour, de plus en plus de personnes qui ont besoin d’aide, mais les travailleurs humanitaires subissent des menaces de tous côtés". Evidemment, nous n'abandonnerons pas. Les besoins sont trop grands. Les violences au Darfour ont provoqué la mort de plus de 300.000 personnes depuis 2003.

darfour

 

07/07/2007

Darfour : Silence, on tue !

 

 

darfour01