19/10/2008

Integrisme, mariage et pedophilie

Vive polémique dans les pays musulmans depuis que le Cheikh Mohamed Ben Abderrahman Al Maghrawi directeur d'une soixantaine d'écoles coraniques a publié une fatwa autorisant le mariage des fillettes de 9 (neuf ans) en précisant que le corps d'une fillette de neuf ans lui permet d'avoir des rapports sexuels et de s'unir à un homme et que le prophète Mahomet avait montré l'exemple.

Face à la pression des progressistes, le roi Mohammed VI a fermé le siège de l'association de Mohamed Al Maghrawi à Marrakech, ainsi que ses maisons coraniques implantées partout au Maroc. Et le parquet de Rabat a ouvert une enquête judiciaire contre le « cheikh pédophile ».

Mais le problème reste entier dans le monde musulman, la question des mariages précoces enflamme les foules et délie les langues.

Au Yémen, le calvaire de Noyoud Nasser, 8 ans, qui avait osé demander le divorce deux mois après ses noces, a provoqué un tollé au-delà des frontières de la péninsule arabique.

La fillette a accusé son ex-mari, de vingt-deux ans son aîné, d'abus sexuels et son père de mariage forcé. Une première dans ce pays où la loi n'impose pas d'âge pour une union. Et dont le parlement ne veut pas en fixer malgré la demande d'amendement de la loi déposée par un mouvement féministe yéménite. Il proposait que le mariage soit interdit avant l'âge de dix-huit ans.

Autre histoire qui a défrayé la chronique : les noces d'un homme de soixante ans avec une fillette de dix ans en Arabie Saoudite. Quelques figures intellectuelles se sont indignées et ont demandé l'intervention du roi Abdallah pour empêcher cette union. Sans succès.

La polémique a également rebondi au Bahreïn où le gouvernement veut fixer la majorité sexuelle à dix-huit ans. Mais il y a de la contestation. Les milieux islamistes purs et durs se contenteraient volontiers de quinze ans voire dix ans. Issa Al-Qassem, un ouléma du pays du Golfe, a ainsi affirmé :

« Les musulmans doivent rejeter cette décision politique qui porte atteinte à leur Prophète. Nous devons rester libres de nous marier très tôt. »

Abd Al-Hamid Al-Ubeidi, expert irakien en loi islamique, abonde. Lui aussi fait l'apologie du mariage précoce en estimant que les filles musulmanes sont mûres plus rapidement que les occidentales. Il affirme dans l'un de ses prêches :

« Dans des pays froids, comme la Russie, la Biélorussie, la Scandinavie, la Nouvelle-Zélande, le Canada, une fille ne peut atteindre sa maturité sexuelle avant vingt-deux ans. Chez nous, c'est beaucoup plus tôt à huit ou dix ans. »

Argumentation stupide, s'il en est, si beaucoup de salafistes aiment se marier avec des mineures, « des filles avec des dents de lait », « c'est pour suivre les préceptes de Mohammed », disent-ils, alors qu'il s'agit surtout de mieux pouvoir les "éduquer", voire les dominer. Ils ne pourraient pas les manipuler de la même manière si elles avaient trente ans.


31084151_p


Si le sujet des mariages précoces dans le monde arabe est si chaud d'Alger au Caire en passant par Tunis, Casablanca ou Dubaï, il le doit aussi à la plume de l'Américaine Sheryl Jones. Dans son roman « Le Joyau de Médine », qui va paraître fin octobre à Londres, l'écrivaine raconte la vie d'Aïcha, l'épouse préférée du prophète de l'islam. Un coup de tonnerre digne de l'affaire des caricatures, a estimé son éditeur américain qui a refusé de se lancer dans l'aventure. D'autres pays hésitent à publier ce roman, basé sur des faits historiques sur la vie conjugale de Mohammed mais librement adaptés.

Et les frileux n'ont pas tort. L'éditeur anglais, Martin Rynja, a été la cible, d'un attentat au cocktail Molotov. Sur Internet, les salafistes promettent le pire à l'auteur et aux éditeurs. Pour eux, l'Occident crache encore une fois sur le prophète de l'islam. Leur vengeance sera sans limite, avertissent-ils en ajoutant que Mohammed avait montré l'exemple. Romancer sa vie avec Aïcha, qui malgré son jeune âge est considérée comme la « mère des croyants », et surtout accuser le Prophète de pédophilie est, pour les intégristes, une insulte suprême qui mérite la mort.

 

20/09/2008

Bilinguisme et liberté d'expression

fucpleaserouenaa092008pf

04/09/2008

Plainte du Mrax contre le Vif Express

Mrax

27/06/2008

Liberte d'expression

terrorisme

20/06/2008

La fin des blogs ?

26957286
 

Quand les blogs inquiètent les eurodéputés

L'institution européenne s'attaque à un sujet qui se trouve au cœur de la société civile moderne : elle considère la blogosphère comme dangereuse et envisage de voter une mesure encadrant cet espace de libre expression.

L'idée vient d'une députée socialiste estonienne, Marianne Mikko (socialiste !), auteur d'un rapport sur la question qui vient d'être publié à Strasbourg. "Jusqu'à présent, la blogosphère était un espace de bonnes intentions, avec un discours relativement franc et ouvert, peut-on y lire. Beaucoup de gens font confiance aux blogs. Cependant, du fait de leur banalisation et de leur multiplication, les blogs sont également utilisés par des personnes de moins en moins scrupuleuses."

Pour que la blogosphère reste un espace de bonnes intentions, l'eurodéputée préconise dans son rapport l'introduction d'un "indice de qualité, pour qu'il soit clair pour tout le monde qui écrit et pour quelle raison". Dans la même veine, son texte estime que
si "jusqu'à présent, nous n'avons pas considéré les blogueurs comme une menace, ces derniers peuvent polluer considérablement le cyberespace".

Les eurodéputés sont connus pour leurs capacités à produire des rapports fantaisistes, truffés de formules vides. Le rapport de la députée Mikko a reçu, en revanche, le feu vert de la commission de la Culture et de l'Education et sera bientôt voté en séance plénière du Parlement. Soyons clairs. S'il passe, cela ne veut pas dire que la législation européenne va désormais limiter la liberté d'expression sur le Net. Mais, politiquement, ce rapport ouvre justement la voie à de telles restrictions.

Mais, avant d'en arriver là, posons-nous la question de savoir sur quelles bases la Commission européenne peut juger à notre place de la qualité de ce que nous lisons ou écrivons sur Internet. Sur quelles bases jugera Strasbourg de la bonne foi ou non d'une opinion.

Les déclarations d'un autre eurodéputé, l'Allemand Jorgo Chatzimarkakis, posent d'autres interrogations. Ce dernier déclare, sur le site de la Commission, que les "blogueurs ne peuvent certainement pas être automatiquement qualifiés de menaçants". Mais, ajoute-t-il, les "
blogs sont aujourd'hui un puissant instrument de communication et peuvent être considérés comme une forme avancée de lobbying. Et constituer, en tant que tels, une menace."

"Une forme avancée de lobbying"... Traduite en langage compréhensible, cette formule absconse du député européen veut dire l'expression d'une opinion différente de celle communément admise par la Commission ou par un autre organisme européen. Si de telles opinions circulent sur la Toile et contredisent telle ou telle position officielle, cela fait partie du débat démocratique normal. C'est la preuve qu'une pensée libre et indépendante existe sur notre continent. Est-ce bien cela qui semble inquiéter les députés européens ?

(source : courrier international, yahoo.fr)


13/02/2008

Liberté de dessiner et de rire

POUR LA LIBERTE DE DESSINER ET DE RIRE

Onze journaux danois, dont les trois plus grands, ont publié ce matin, au nom de la liberté d'expression, une caricature du prophète Mahomet dessinée par un auteur qui était la cible d'un attentat, déjoué la veille par la police.


car

Parmi ces journaux figure le grand quotidien conservateur Berlingske Tidende qui a décidé pour la première fois de reproduire cette caricature controversée - la tête du prophète coiffée d'un turban en forme de bombe à la mèche allumée - pour montrer, à l'instar des autres journaux, son refus de l'autocensure après les menaces de mort contre un dessinateur de la presse. "La liberté d'expression donne le droit de penser, de parler et de dessiner ce qu'on veut (...) et les projets terroristes n'y changeront rien", écrit le quotidien dans un éditorial. La police a arrêté mardi un Danois d'origine marocaine et deux Tunisiens qui projetaient d'assassiner Kurt Westergaard, l'auteur de ce dessin qui était l'un des douze caricatures de Mahomet publiées le 30 septembre 2005 dans le journal danois Jyllands-Posten.

i825850213-4vandeNadort

23/07/2007

Traité européen : acte II : le retour

La constitution européenne c’est un peu comme un colporteur, vous lui fermez la porte au nez et voila qu’il revient par la fenêtre…

 

Les ministres européens des Affaires étrangères ont lancé ce lundi officiellement la rédaction finale du nouveau traité remplaçant la Constitution européenne, qui devrait être conclue mi-octobre.

 

Et dans cette nouvelle copie sont donc conservés intacts les passages codifiant les politiques libérales qui avaient provoqué tant de critiques en 2005.

Conclusion : le message du non est tout simplement nié et ignoré !

Pourquoi donc en Belgique n’avons-nous pas le droit en tant que population de nous exprimer sur le sujet ?

arton27