27/05/2008

Bush et les ours polaires

26024497

28/03/2008

Décompte mortel

20

20/03/2008

Irak : 5 ans déjà

 

Cinq ans après avoir envahi l'Irak avec 190 000 GI et 60 000 Britanniques - qui ne sont plus que 5 000 -, cinq ans après avoir essayé de réaliser l'impossible rêve néo conservateur d'instaurer la démocratie par la force dans le monde arabe avec, entre autres, l'objectif de renforcer la sécurité d'Israël, l'Amérique est embourbée dans une impasse. La "stratégie démocratique" a été abandonnée en chemin, l'ambition n'est plus que de parvenir à stabiliser la situation.

L'Amérique a perdu 4 000 soldats, et 29 000 ont été blessés. Mais elle ne contrôle toujours pas le pays, pas même les 16 km d'autoroute qui séparent sa "zone verte" ultra fortifiée au coeur de la capitale de l'aéroport de Bagdad.

Par ses mensonges, l'administration Bush a gâché, pour longtemps, l'image et le crédit des Etats-Unis à travers le monde. Le conflit d'Irak a contribué au quadruplement des prix du pétrole en cinq ans. Malgré les milliards de dollars injectés dans l'exploitation, la production irakienne, troisième du monde avant 2003, n'est même pas encore revenue à son niveau d'avant-guerre. Même chose pour la distribution d'eau potable - dont 40 % des populations sont désormais privées - et d'électricité, dont la majorité des Irakiens, à commencer par les 5 à 6 millions de Bagdadiens, ne reçoivent guère plus de quatre à six heures par jour.

Aujourd'hui en récession, l'Amérique surendettée a emprunté l'essentiel des 500 milliards de dollars déjà dépensés dans une guerre qui a, directement et indirectement, causé la mort d'au moins 400 000 Irakiens, selon l'Organisation mondiale de la santé. Elle a aussi déclenché, d'après le Haut-commissariat aux réfugiés de l'ONU, la plus "vaste migration humaine" depuis la partition entre l'Inde et le Pakistan en 1947. Environ 4,4 millions d'Irakiens sont aujourd'hui des "déplacés" qui ont fui leurs maisons, 2 millions tentent de survivre dans les pays voisins, avec tous les risques de déstabilisation politique que cela implique.

Que faire à présent ? Impossible de rester quand toutes les enquêtes d'opinion montrent que les trois quarts des 25 ou 26 millions d'Irakiens n'en peuvent plus de l'occupation. Que les enfants sont souvent les premiers à applaudir lorsque l'insurrection parvient à exploser un de leurs blindés ou à abattre un hélicoptère. Impossible de se retirer quand presque tous les analystes, les stratèges, les journalistes et la quasi-totalité des politiciens irakiens eux-mêmes prédisent qu'en pareille hypothèse un bain de sang est pratiquement assuré et l'extension de la guerre civile aux pays voisins, possible sinon probable.

La guerre a réveillé des haines intercommunautaires entre chiites et sunnites dans tout le Moyen-Orient. Tandis que l'Iran pavoise et s'infiltre dans les structures étatiques de son voisin, "les" guerres d'Irak se succèdent, s'additionnent et s'amplifient. Depuis l'offensive turque du mois de février contre le PKK, le Nord essentiellement kurde est devenu une poudrière qui peut exploser à tout moment. Dans le Sud, les gangs et les milices chiites kidnappent, assassinent et s'affrontent à l'arme lourde pour le contrôle des trafics. Depuis le recrutement par les Américains de 91 000 supplétifs - à 82 % sunnites -, les affrontements intra sunnites et intertribaux se multiplient.

Plus que jamais l'Irak est devenue un bourbier dont les Etats-Unis auront du mal à s'extraire, quant à intervenir dans un autre pays, à l'heure actuelle....

i837890319HERRMANN

21/07/2007

Coloscopie pour G.W. Bush

Le président américain George W. Bush sera soumis ce samedi à une coloscopie de routine dans la résidence présidentielle de Camp David et remettra temporairement ses pouvoirs pendant cette intervention au vice-président Dick Cheney.

Le président n’a pas de symptômes de cancer, a dit le porte-parole Tony Snow, en rappelant que cette intervention était programmée depuis la dernière coloscopie subie par le président en juin 2002. Le vice-président Cheney aura les pouvoirs durant l’anesthésie que subira M. Bush et jusqu’au moment où ce dernier dira qu’il est en mesure de les reprendre.

 

La coloscopie est une intervention médicale classique à partir de 50 ans, effectuée au moyen d’un tube flexible dénommé coloscope et comprenant une lumière et une caméra vidéo. Le coloscope est introduit dans le rectum puis dans le côlon du patient afin de permettre aux médecins de contrôler le bon état de ses intestins.

 

Alors comme de juste, à force de se la jouer serrée, ça ne fait pas du bien par où ça passe...hein George ? Puis je ne peux pas m'empêcher de penser que c'est plutôt un encéphalogramme qu'il faudrait lui faire subir....

 

ID794689_20_colos_ap_00CEXC_0.JPG

 

19/07/2007

Pakistan : combat frontal ?

Pakistan : de plus en plus d'implication des Etats-Unis

 

Le président du Pakistan, Pervez Musharraf, a promis, mercredi 18 juillet, qu'il allait mener un "combat frontal" contre les militants fondamentalistes proches des talibans, responsables d'une série d'attentats-suicides et d'embuscades qui ont fait au mois 91 morts depuis samedi, principalement au sein des forces de l'ordre.

 

Au moins 17 soldats et 17 combattants islamistes ont été tués mercredi dans de nouveaux affrontements entre l'armée et des militants pro-talibans dans le nord-ouest du Pakistan, près de la frontière afghane. L'embuscade des combattants fondamentalistes visait un convoi militaire dans la zone de Lwara Mundi, dans la province du Nord-Waziristan, en plein cœur des zones tribales pakistanaises. Cette attaque a été perpétrée quelques heures après un nouvel attentat à la bombe visant des véhicules de l'armée , qui a blessé six civils et un soldat dans le Nord-Waziristan également.
 
PRESSION DE WASHINGTON

Des militants islamistes pro-talibans, mais aussi le numéro 2 d'Al-Qaida, Ayman al-Zawahiri, ont appelé à venger l'assaut meurtrier, il y a une semaine, de l'armée contre la mosquée Rouge d'Islamabad, où s'étaient retranchés des centaines de militants fondamentalistes. 

 

 "Nous avons une bonne idée de qui est derrière tout cela (...), nous devons nous attaquer à ceux qui organisent" ces attentats, a ajouté le général Musharraf.

 

Washington multiplie ces derniers jours les déclarations, pressant le Pakistan de lancer une offensive massive dans les zones tribales. L'armée américaine affirme que les talibans afghans et les combattants d'Al-Qaida sont en train d'y reconstituer leurs forces, soutenus par des fondamentalistes pakistanais.

 

pakistan-01

 

Irak : pas de retrait US

Les démocrates échouent à réclamer un retrait d'Irak au Sénat

 

Les sénateurs démocrates américains ont échoué mercredi à obtenir la majorité en faveur d'un texte appelant au retrait des troupes de combat américaines d'Irak.

Le projet de loi démocrate demandait le début du retrait des troupes de combat d'Irak dans les 120 jours, pour être achevé d'ici le 30 avril de l'année prochaine. Malgré la récente défection ces dernières semaines d'influents sénateurs républicains, les démocrates ne sont pas parvenus à obtenir les 60 votes nécessaires pour forcer le président George W. Bush à commencer un retrait des troupes américaines en Irak. A l'issue d'un débat-marathon sur l'Irak qui a débuté mardi soir, ils ont obtenu 47 voix contre 52 aux républicains.

us-01

 

16/07/2007

Appel de Ben laden

Ben Laden appelle les Musulmans au martyre dans une vidéo

 

Le réseau terroriste Al-Qaïda a diffusé un enregistrement vidéo de 40 minutes, non daté, dans lequel son chef Oussama Ben Laden apparaît durant 50 secondes et appelle les Musulmans à choisir la voie du martyre.

 

Comme quoi, il y a des états de fait qui restent toujours d'actualité...

 

couv_charlie