05/10/2008

Qui est en geve ce lundi ?

 

Trains. Réseau paralysé en Wallonie. En Flandre, la grève risque d'être moins suivie.

Trams, bus, métros. Toutes les sociétés de transport en commun (TEC, Stib, De Lijn) seront en grève.

Poste. La poste devrait fonctionner à peu près normalement.

Grandes surfaces. Les grandes enseignes comme Delhaize, Carrefour et, dans une moindre mesure Colruyt, seront fermées. Un grand nombre de plus petites surfaces et de magasins de proximité resteront ouverts.

Banques. Perturbations limitées dans les banques. Beaucoup d'agences devraient ouvrir leurs portes.

Ecoles. Dans la partie francophone du pays, les écoles maternelles et primaires du réseau officiel observeront dans l'ensemble un mouvement de grève d'une journée. Dans l'enseignement libre, les professeurs observeront des arrêts de travail, mais en général, pas de grève d'un jour. Les syndicats recommandent aux parents de prendre contact avec l'école à la fin de cette semaine.

Administrations. Toutes les administrations fonctionneront normalement, même si des arrêts de travail limités dans le temps ne sont pas à exclure.

greve

 

23/05/2008

Petit pays malade

Yaka 18

Yaka 18

 

04/02/2008

Les grèves aux TEC/SNCB

On parle beaucoup du droit de grève et de « grèves sauvages » ces derniers temps. Principalement en ce qui concerne la TEC et la SNCB.

 Sans revenir sur l’historique de ce débat, il suffit de constater que les critiques qui fusent sur le droit de grève en 2008 sont les mêmes que celles que les mouvements ouvriers entendaient déjà en 1830, que faut-il en penser ?

Tout le monde admet volontiers que le droit de grève est un droit inaliénable des travailleurs, à partir du moment où ceux-ci n’en font pas usage !

 

Ce qui est certain en tous cas en ce qui concerne les TEC et la SNCB, c’est qu’il y a un autre droit inaliénable pour un travailleur, c’est celui de pouvoir effectuer ses heures de travail, sans devoir se demander si il va pouvoir le faire sans se faire taper dessus par les clients de son patron !

La charge de la sécurité des travailleurs au sein d’une entreprise revient effectivement au patron. Dans le dossier TEC/SNCB, cela fait plusieurs années que la sécurité des travailleurs se dégrade, il ne se passe pas une semaine sans que l’on parle des agressions plus ou moins graves dont sont victimes chauffeurs, contrôleurs de train, etc….

Plusieurs actions ont déjà été menées, chaque fois sur le domaine de la sécurité dans les bus ou dans les trains, et les réponses des directions et des pouvoirs publics sont restées absentes ou insuffisantes !

 

Le ministre Antoine est d’ailleurs régulièrement pointé du doigt à ce sujet, et sa défense principale est d’accuser le personnel de mener des « grèves sauvages », en cela suivi par une partie de la population qui se sent prise en otage à chaque fois qu’une grève des transports publics se déclenche. Mais les grèves « sauvages » n’existent pas ! La grève c’est le droit des travailleurs de dire au patronat, « maintenant il y en a marre ». Pas besoin de l’accord préalable des syndicats pour ce faire, le droit de grève est celui des travailleurs, c’est leur seule arme pour se défendre, lorsque la situation au sein d’une entreprise dérape et que les mesures prises par le patronat sont soit insuffisantes, soit absentes !

 

Ce qui est bien le cas dans le dossier des transports publics. Demandez vous simplement si vous étiez à leur place, comment réagiriez vous si vous où votre épouse, votre fille ou votre fils se trouvait dans la situation de ces travailleurs ?

Lismonde_0302

14/01/2008

MR : service minimum et urgences

Le MR a rappelé sa volonté d’ouvrir un débat sur le service minimum, notamment dans les transports en commun. Des députés libéraux ont déposé à ce propos une proposition de loi qui devrait arriver rapidement à l’ordre du jour de la Commission de l’Infrastructure de la Chambre. Le but du MR est d’obtenir l’organisation d’auditions. « Il n’est pas normal que la Belgique soit le seul pays où ce débat n’ait pas lieu », dixit Didier Reynders, entouré de plusieurs parlementaires de son parti.

 

Et moi qui naïvement, pensais que ce gouvernement intérimaire avait été mis en place pour se pencher sur les mesures urgentes pour…la population !

 

Ben tiens…..

Lismonde_01_13

04/07/2007

Grève chez Volvo

Grève chez Volvo Europa Truck

 

Une grève sauvage a éclaté ce mercredi matin chez le constructeur de camions Volvo Europa Truck à Oostakker (Gand), a annoncé Steven Deplu (FGTB). Par ce mouvement, les travailleurs du site entendent protester contre le déroulement des négociations relatives à une nouvelle convention collective de travail.

 

greve

 



Pour rappel, la proposition patronale sur le sujet a été rejetée, vendredi dernier, par 78% des ouvriers. Le texte prévoyait notamment une augmentation du pouvoir d'achat de 0,7%, en accord avec la norme définie par le secteur du métal. "Les autres années, les travailleurs approuvent cette norme. Mais cette fois, notre usine marche très bien et nous voulons en bénéficier", a expliqué le représentant du syndicat socialiste.

Après le "niet" des ouvriers, direction et syndicats avaient décidé de reprendre les négociations cette semaine. Une rencontre était ainsi prévue ce mercredi mais les travailleurs ont spontanément débrayé sur le coup de 10 heures.

29/06/2007

Intempéries dans les fast-foods

Les syndicats planifient des raids dans l'horeca

 

 

Le conflit dans l'horeca se durcit. Les syndicats menacent de mener des raids ces prochains jours sur les implantations des chaînes de fast-foods et de restaurants qui continuent à s'opposer à des augmentations salariales pour leur personnel, écrit ce vendredi le journal flamand De Morgen.

"A partir de la semaine prochaine, nous mènerons des actions surprises. Les employeurs sont sans défense face à cela. Ils ne sauront pas où et quand nous frapperons. C'est un moyen de pression particulièrement efficace", explique Alain Detemmerman, de la centrale Horeca au syndicat socialiste ABVV-FGTB. Le syndicaliste prévient les consommateurs de se tenir à l'écart des grandes chaînes horeca ces prochains jours.

Le syndicat chrétien ACV-CSC est sur la même longueur d'onde. "Que tous ceux qui ont prévu une petite fête dans un fast-food soient prévenus!", lance Frans Dirix, de la centrale Alimentation de l'ACV.

 

mcdo

 

 

 

27/06/2007

Toujours la grève chez Bridgestone à Frameries

Grève du personnel ouvrier de Bridgestone à Frameries

Les ouvriers de l'entreprise framerisoise Bridgestone sont partis en grève ce mardi matin, comme l'a annoncé la RTBF radio. Le mouvement fait suite à l'échec des négociations sur le renouvellement de la dernière convention collective de travail.

"Les négociations ont échoué, tant au niveau régional que lors d'une conciliation au niveau national et la direction n'a pris aucun contact avec les organisations syndicales depuis", explique Alain De Nooze (Centrale Générale - FGTB). Selon le syndicaliste, le désaccord porte sur trois points principaux: la revalorisation des primes accordées aux ouvriers qui prestent des horaires à pauses, l'augmentation des types de frais médicaux couverts par l'assurance hospitalisation et la majoration de l'indemnité complémentaire octroyée par l'employeur aux prépensionnés.

"Nos propositions sont pourtant largement supérieures aux normes indicatives intersectorielles. Mais les exigences du personnel ouvrier sont beaucoup trop élevées et il appartient à chaque partie d'être raisonnable", indique pour sa part Jean-François Clarinval, directeur administratif et financier de Bridgestone-Frameries. Le coût salarial de l'entreprise représente 54 % du coût global de production, ajoute-t-il.

"Il faut souligner aussi que la grève d'aujourd'hui a été précédée d'arrêts de travail ponctuels depuis trois semaines. Et c'est la direction qui a sollicité des négociations régionales, puis une conciliation au niveau national", note encore M. Clarinval.

Une journée de grève représente un manque à gagner de 50.000 euros sur la marge bénéficiaire et il n'est par ailleurs pas exclu que des compagnies aériennes réclament des indemnités, selon la direction.

Bridgestone à Frameries est une des 400 filiales du groupe japonais, numéro un mondial du pneu. Elle assure le rechapage de pneus d'avion pour le compte de compagnies aériennes du monde entier. L'entreprise framerisoise occupe 130 ouvriers et 45 employés. Son chiffre d'affaires annuel est de quelque 50 millions d'euros. (belga)

 

Bien sûr,…54% de la masse salariale se trouve chez les ouvriers….qui sont 130…mais individuellement qui gagne le plus là…l’ouvrier ou le cadre ???

 

14:16 Écrit par Figaro dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : greve, fgtb, csc, frameries, bridgestone |  Facebook |