27/09/2008

700 milliards pour Wall Street

070101_US_bush(1)

19/09/2008

Plongée de l'action Fortis

fortis

27/03/2008

Sur le zinc : Reynders

18

01/03/2008

Les riches et les pauvres

 

40% de dividendes en plus pour les actionnaires

Les versements de dividendes annoncés pour l'année 2007 sont près de 40% plus élevés que l'année précédente, selon une analyse provisoire des résultats annuels des entreprises de notre pays notées en bourse déjà publiés.

Le total des dividendes s'élève déjà à 6 milliards d'euros, alors que les mêmes entreprises en 2006 avaient annoncés 4,3 milliards d'euros de dividendes. La hausse est fortement influencée par InBev, qui a annoncé cette semaine que ses dividendes seraient triplés pour atteindre 1,5 milliard d'euros. Les banques Dexia et KBC augmentent aussi leurs dividendes de plus de 10%, alors que leur bénéfice net pour 2007 était plus faible.

Plusieurs entreprises ont augmenté leurs dividendes de plus de 50%, comme le groupe CFE, Mobistar, le groupe Umicore, Sipef et Barco.


La forte hausse des dividendes est remarquable car le bénéfice total net des entreprises concernées n'a augmenté que de 0,9%. L'analyse est incomplète car des entreprises importantes comme Fortis, Delhaize et GBL n'ont pas encore publié leurs résultats annuels.

Comme quoi...les riches de plus en plus riches...et les autres ?...de plus en plus pauvres ?

capitalistes

16/02/2008

Reynders : 100 millions cadeau

Le service public fédéral des Finances abandonne l'espoir de recouvrir plus de 100 millions d'euros d'impôts qui lui sont dus depuis plus de cinq ans.

Les Finances ont confirmé cette information, la justifiant par le fait que "cet argent est de toute façon définitivement perdu", étant donné que les frais engendrés par la procédure nécessaire pour recouvrer cet impôt seraient plus élevés que les rentrées. Si ces 100 millions avaient été perçus, une diminution des charges serait aujourd'hui possible et selon la loi il est du devoir des Finances de rechercher cet argent. Ce seront encore une fois les simples contribuables, comme vous et moi  les bons sui seront les dindons de la farce.Le ministre des Finances Didier Reynders (MR) sera interpellé à ce propos la semaine prochaine à la Chambre….faut dire que ça commence vraiment à faire beaucoup Didier, les gens vont commencer à jaser…

Récapitulons : 883 millions + 1 milliard + 100 million + …..= allez ne chicanons pas : 2 milliards !

Et ça c’est sans compter le reste, des trucs comme la fraude fiscale etc….

Il est temps que les contribuables passent à l’action pour aider Didier :

p04_calculette-pour-reynders_(1024_x_768)

30/01/2008

Reynders : 1 milliard de déficit

Le premier bilan des recettes fiscales pour l'année 2007, dressé par l'administration, laisse apparaître un trou d'un milliard d'euros, par rapport aux prévisions du contrôle budgétaire de mars.

 

Pourtant on ne peut pas reprocher à Didier Reynders de ne pas avoir essayé : de nombreuses personnes ont reçu deux extraits de rôle en 2007. Le premier comme d’habitude au mois de juin et le second dans le courant du dernier trimestre. Ce qui est étonnant dans tout ça, c’est que comme par hasard ce sont ceux qui devaient payer quelque chose qui ont reçu les ordres de paiement, par contre ceux qui doivent retoucher n’ont rien reçu…

 

Cette technique n’a donc pas permis de rattraper le déficit causé par les cadeaux de Reynders au patronat, pire, elle démontre que le MR, une fois de plus, lorsqu’il promet des réductions d’impôts, ne s’adresse pas à la population mais bien aux sociétés d’une part, deuxièmement que pour compenser sa mauvaise gestion de nos finances nationales, il n’hésite pas à s’en prendre aux contribuables lambda. Cette tactique aura pour principale conséquence, d’augmenter encore le déficit des rentrées fiscales pour 2008, où la Belgique se trouvera à nouveau dans le rouge.

 

Bref, cet argent qui manque, faudra bien le trouver quelque part…Devinez où ?

impots-1

29/01/2008

La Société Générale et l'économie

La Saga de Jérôme Kerviel permet aux médias d'éviter de débattre des failles du capitalisme financier. Pour le plus grand plaisir des banquiers d'ailleurs.

 

Et pourtant…en une trentaine d’années le système capitaliste basé sur l’économie de marché, pour laquelle d’après nos édiles politiques de droite et de centre-gauche, il n’existerait pas d’alternative, a pourtant évolué pour se transformer en capitalisme financier. Système pernicieux puisque la majorité des acteurs économiques privés et publics sont actuellement passés sous l’emprise de la finance.

 

Cette forme de capitalisme repose uniquement sur un nouveau partage de richesses entre les différents marchés financiers dont le moteur unique est la création de richesse financière. Ce système tirant sa substance vitale de la spéculation boursière et d’opérations de placement rend désormais inutile la production des biens et des services et donc le travail y tient un rôle de charge compressible à l’envi.

 

La question a se poser dès lors : que deviennent à terme les travailleurs et leurs familles ? Quelle sera leur place dans ce système ?

2839034353-le-petit-trader-devant-les-juges