19/02/2008

Féret, FN et tribunaux

Le tribunal correctionnel de Namur a reporté lundi le dossier relatif au président du Front National, Daniel Féret, et à sa compagne Audrey Rorive au 21 avril prochain.

Daniel Féret et Audrey Rorive sont poursuivis du chef de faux et usage
de faux. On leur reproche notamment d'avoir déposé une liste comportant de fausses signatures, dont certaines appartenaient à des personnes décédées, lors des dernières élections européennes.

 

En plus le 11 mars sera pronocé le jugement de la demande formulée par le Front National (FN) de Jean-Marie Le Pen et deux élus  du FN des listes belges, visant l'interdiction d'utilisation du logo représentant une flamme par l'ancien président du FN belge Daniel Féret. Daniel Féret avait déposé ce logo en son nom propre auprès du Bureau Bénélux des Marques en juin 2005.

C’est vrai qu’on s’y perd un peu avec tous ces FN en ce moment, on ne sait plus quand il s’agit de Front National, Force Nationale, Front Nouveau, bien que tout cela soit un peu chou vert et vert-chou….

Quoiqu’il y ait quelques alternatives :

  

Front Nuisible

           

            Faussaire(s) Notoire(s)

 

                        Fachos Nocifs

 Il doit bien exister encore d’autres possibilités en cherchant bien…

17/02/2008

Les nostalgiques d'Hitler

Le mois dernier, l'Europe se rappelait un dramatique événement de son histoire : l'arrivée il y a 75 ans du parti nazi (NSDAP) au pouvoir en Allemagne. Le 30 janvier 1933, Adolf Hitler est nommé chancelier du Reich par le président de la République allemande, le maréchal Paul von Hindenburg. Le führer du NSDAP forme un gouvernement de coalition avec la droite nationale conservatrice pour se hisser au sommet de l'Etat.

La suite des événements est connue. 

Seuls quelques néonazis de par le monde ont fêté, en catimini, cet anniversaire. Il n'est en effet pas bon, en 2008, de s'afficher comme nostalgique du régime hitlérien. Y compris au sein des partis politiques de ladite « droite nationale », comme le Front national (FN) ou le Vlaams Belang (VB), pourtant constitués d’un important « pilier historique » issu en droite ligne du nazisme. Pour rappel, plusieurs fondateurs du FN français ou du VB flamand ont agi durant la Deuxième Guerre mondiale dans les rangs de mouvements collaborateurs pro-nazis.

A la création du FN à Paris et du VB (en 1972 et en 1978), des organisations ouvertement néonazies se trouvaient en très bonne place parmi les cofondateurs.Désormais, l'époque – marquée par l'esprit du politiquement correct - est à une extrême droite polie, BCBG et s'affirmant « démocrate ». De la poudre aux yeux, bien entendu : la façade est une façade de carton. Derrière le décorum mis en place pour berner l'opinion publique, la sympathie pour les modèles dictatoriaux d'antan reste de mise chez pas mal de militants, cadres et dirigeants du Front national (de Féret, de Delacroix et de Le Pen), du Vlaams Belang, ainsi que des groupuscules qui gravitent dans leur orbite : Mouvement national républicain, Bloc identitaire, Parti nationaliste français, Oeuvre française, Alsace d'Abord... en France ; mouvement Nation, Belgique & Chrétienté, Jongeren aktief, NSV, Nieuw-solidaristisch alternatief... en Belgique.

 

Pourtant certains livres tentent de relativiser, réviser, banaliser et réhabiliter cette idéologie criminogène. C'est le cas d'Adolphe Hitler – Sa véritable histoire,  un ouvrage de 479 pages récemment écrit par un responsable bruxellois du Vlaams Belang, Roland Pirard. 

 

Roland Pirard est conseiller à l'aide sociale (une instance communale) de Berchem-Sainte-Agathe (commune de la Région bruxelloise) pour le compte du Vlaams Belang (VB), le parti d'extrême droite indépendantiste flamand. Militant de l'ultradroite francophone dans les années 1980-1990 (il fut le dirigeant du cercle de réflexion « Copernic » et secrétaire général du Front national de Daniel Féret, il rejoint ensuite les activistes francophones du VB. Ces derniers, déçus de l'inertie de l'extrême droite belge francophone et faute d'un mouvement politique sérieux, ont adhéré au parti flamand. 

 

Pour lire le dossier complet : www.resistances.be

Sale droopy

18/01/2008

Niouzz du Facholand

FN

La Commission parlementaire de contrôle des dépenses électorales et de la comptabilité des partis a décidé à l'unanimité d'amputer quatre mois de dotation au Front National pour n'avoir pas rentré conformément au prescrit légal le rapport financier relatif à ses comptes en 2006.

C’est la deuxième fois que le Front National se voit infliger une telle sanction pour non-respect de la loi. Vu la récidive, la Commission a décidé d’exécuter la sanction maximale, à savoir quatre mois de retrait de dotation.

L’AFFN (asbl de financement du FN, fait l’objet d’une instruction pour des détournements de fonds présumés et est sous le coup d’une enquête de l’inspection spéciale des impôts (ISI) qui lui réclame quelque 700.000 euros.

Et pendant ce temps-là c’est encore toujours la rumba au FN entre les partisans de Delacroix et Féret pour la succession à la tête du FN…Vlaams Belang  

BRUNO VALKENIERS est candidat à la succession de Frank Vanhecke. Le Belang infiltre le patronat flamand.

L’homme d'affaires anversois s'apprête à prendre la tête du prétendu « parti des petites gens ». Bruno Valkeniers, 52 ans, nouveau venu en politique, s'est porté candidat à la présidence du Vlaams Belang. A peine un an et demi après son irruption sur la scène politique, aux communales et provinciales d'octobre 2006, Bruno Valkeniers, qui se dit « catholique et social-conservateur », devrait prendre la tête du VB, avec le soutien des leaders « historiques » Filip Dewinter et Gerolf Annemans, que l'on avait un temps pressenti à la présidence.Sa désignation ne serait pas anodine. Sous l'étendard de Forza Flandria, Valkeniers est surtout connu pour être partisan d'une vaste coalition des forces nationalistes, libérales et conservatrices de Flandre… Premier défi : contrer, voire phagocyter, la Lijst Dedecker, forte de ses récents succès électoraux.Marié, père de quatre enfants, titulaire d'une licence en droit de l'Université d'Anvers et d'une licence en droit maritime et aérien de l'ULB, Valkeniers a dirigé, jusqu'en 2006, la première entreprise de manutention du port d'Anvers, HesseNoordNatie. Il est, par ailleurs, administrateur, depuis 2002, du bureau de conseil maritime FA Consult, à Wilrijk.Membre du collectif In de Warande, Valkeniers est signataire du « Manifeste pour une Flandre indépendante ». Un engagement qui lui a permis de côtoyer nombre de leaders séparatistes, dans le domaine des médias, de l'industrie et de la finance (Frans Crols, le directeur du magazine Trends, Marc Platel, l'ex-éditorialiste du Belang van Limburg, les dirigeants ou ex-dirigeants de KBC, Barco, Janssen Pharma, DHL, HBK, Alcatel…).

« Immigrés francophones »

Neveu de l'ex-leader de la Volksunie Jef Valkeniers, le candidat président du VB est très soutenu, au sein du Belang, par l'ex-patron de la DAT et de Delsey Airlines, le sénateur coopté Freddy Van Gaever, qui s'est déclaré partisan d'une limitation des allocations de chômage à quatre mois.En 2005, président de l'Alliance pour la promotion du chant flamand (la très nationaliste ANZ), Bruno Valkeniers s'était illustré par sa diatribe à l'encontre des « immigrés francophones qui ne s'intègrent pas en Flandre ».L'année dernière, après l'agression de trois jeunes militants gauchistes, à Anvers, par des activistes du NSV, le cercle étudiant non officiel du Vlaams Belang et dont il est le fondateur (1976), Bruno Valkeniers avait déclaré au Standaard qu'il ne rougissait pas de la « violence de rue occasionnelle » du NSV.  detergent

24/03/2007

Niouz du Facholand

Anecdote démontrant, si besoin en est, l’intelligence des représentants politiques de l’extrême droite. A Liège, leur unique représentant, un certain Frerard, a réussi l’exploit de voter en même temps pour l’admission des Sans-Papiers à la fonction publique et contre leur accès aux bibliothèques publiques !

Pour l’instant la direction du FN n’a pas encore réagi par le communiqué attendu :

« Chers électeurs, veuillez nous excuser notre conseiller est débile. »

 

Mais que fait la justice ?

En juin 2004, dans le cadre des élections communales, une plainte a été déposée à Namur, contre Daniel Feret, le führer à vie du FN et sa compagne Audrey Rorive (députée bruxelloise), ainsi que deux autres comparses, pour usage de faux (encore !) et tenue illégale de fichiers. Le parquet à fait remettre l’affaire à septembre…on croit rêver !

 

A Bruxelles la justice continue son enquête sur les agissements du couple Feret et Rorive, en ce qui concerne des suspicions de confusion de patrimoine et d’éventuels abus de confiance et ce depuis 2005…il est en tous cas estimé que de toute façon aucune conclusion ne sera publiée avant les élections du 10 juin.

 

On se demande pourquoi tant de lenteur…..

18/03/2007

Du rififi chez les Fachos

arton655-402x274  Le 6 mars a commencé à Liège le procès en référé opposant le FN français de Jean-Marie Le Pen, les députés wallons Borbouse et Pire, contre Daniel Feret.
 

Selon l’hebdomadaire Père Ubu, les plaignants reprochent à Feret de s’être approprié la dénomination et la flamme FN en son nom propre dans le cadre des marques et brevets et le FN français ne veut pas que son nom soit associé aux agissements de ce triste sire. Feret, le seul président de parti qui s’arroge le droit d’exploiter commercialement ( ????) à son avantage les gadgets de son parti. Qui c’est qui en veut des beaux briquets et T-shirts avec le beau logo du FN ???

 

 Il est également vrai que Feret confond déjà la caisse et les subsides du FN avec son propre portefeuille, il n’en est donc plus à cela près et fait preuve dans sa façon d’agir d’une certaine logique. Logique et agissements qui lui ont permis de se payer une villa dans le sud de la France en utilisant les subsides reçus par le FN, l’affaire est à l’instruction. Ces subsides sont payés par l’Etat à chaque formation politique, ainsi donc vous et moi par le biais de nos impôts avons indirectement financés les goûts de luxe du facho le plus célèbre et le plus corrompu de Belgique…on se demande d’ailleurs comment il se fait que ce triste sire ne soit pas encore sous les verrous parce que l’individu est déjà dans le viseur de la justice belge pour différentes affaires de détournements de fonds.

Ainsi par exemple Feret avait introduit des justificatifs de différents dîners de restaurant avec des parlementaires européens lepénistes. Mais il est apparu que ces gens n’ont jamais mangé ensemble. Mas je reviendrai sur ce sujet dans le courant de la semaine prochaine.

 

lacible

 

 

Il semblerait également que dans le cadre de ce procès, le député fédéral Patrick Cocriamont, soutien indéfectible de Daniel Feret et Daniel Leskens (souvenez-vous il s’agit de cet individu qui avait uriné sur des tombes juives en présence de journalistes) ont menacé le député wallon Charles Pire. Il était notamment question que celui-ci reçoive une balle dans le genou. Etant donné que ces deux individus ont déjà été condamnés il y a quelques années pour appartenance à une milice privée, le député Pire a déposé plainte.

 

Ah, les amitiés et la franche camaraderie des milieux fachos (et dire qu’il se trouve des gens pour voter pour ce parti parce qu’il s’agirait d’une politique différente plus propre sans magouilleurs)…..enfin, on ne va pas s’en plaindre c’est justement à cause de cette gabegie permanente régnant dans ce milieu politique extrémiste, que celui-ci en Wallonie ne s’est jamais vraiment organisé ni imposé lors des élections, à la différence de son tout aussi sinistre homologue flamand Vlaams Blok, pardon Vlaams Belang.

 

 

12:28 Écrit par Figaro dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fn, le pen, feret, elections, vlaams belang |  Facebook |

12/03/2007

Niouz de Facholand

Quelques incidents ont eu lieu au cours de la nuit de samedi à dimanche à Malines à l'occasion d'un rassemblement festif de 250 skinheads organisé par le groupuscule néo-nazi "Blood and Honour".

En Belgique, il est plus facile d’interdire de fumer que d’interdire l’extrême-droite…

 

arton655-402x274