21/03/2008

Insoumise et dévoilée

 

La sortie d'un livre d'une jeune Verviétoise, Karima, provoque pas mal de remous à Verviers. Dans son ouvrage, Insoumise et dévoilée, la jeune femme dénonce les violences qui lui ont été faites au sein de sa famille allant jusqu'à un mariage forcé.

Dès avant la sortie du livre, des menaces ont été exercées sur le blog de l'éditeur, l'asbl Azimuts, pour faire pression afin d'éviter la publication du livre.

Des menaces explicites allant jusqu'à la mort qui ont été prises très au sérieux par les forces de l'ordre, qui protègent Karima de manière constante.

Mais depuis lors, Karima vit carrément en recluse, et elle a même dû changer ses enfants d'école. Dès sa sortie le 10 mars, le livre a été un succès au point qu'il est déjà épuisé.

Mais la famille s'est adressée à la justice pour en demander l'interdiction. "Au nom de son honneur bafoué"

Extraits :

Un jour, en entrant dans la mosquée, l'imam nous appelle, Yasmine et moi. Il nous flanque sur la tête deux chapeaux en papier qu'il a fabriqués avec des journaux. Nous sommes ridicules ! J'entends les moqueries des autres élèves derrière moi et j'ai honte.

         - Tant que vous viendrez à la mosquée sans le voile, vous porterez ces chapeaux !

Nous gardons ces horreurs toute la journée. À notre retour à la maison, mon frère Karim raconte l'histoire à mon père. Hélas ! celui-ci ne prend pas notre parti et il ordonne à ma mère de nous mettre des foulards. Si nous les enlevons, il nous tue.

À la mosquée, toutes les filles sans exception portent le foulard. Tout le monde se ressemble, je me fonds dans le groupe et cela ne me dérange pas trop de le porter aussi. Par contre, je ne peux envisager d'aller à l'école voilée. J'ai peur du regard des autres élèves, de leurs moqueries, mais en même temps, j'ai peur de mon père. Je ne peux pas lui désobéir, alors que faire ? Toute la nuit, je cherche une solution à mon problème.

Au petit matin, j'espère que mon père a oublié toute cette histoire et je m'apprête à partir à l'école sans voile. C'est sans le connaître... Il me serre le bras et me dit sèchement :

         - Où est ton foulard, sorcière ?    [...]

[...] Les jours passent, Michèle revient à nouveau et me refile bien vite une lettre arrivée le matin même. C'est la réponse de Viviane. Je ne connais pas encore le contenu de la lettre, mais recevoir un mot en retour me procure un plaisir anticipé. Je m'enferme dans la salle de bain et déchire l'enveloppe. Une petite lettre, pas plus de cinq lignes.

« Karima, j'ai bien reçu ton courrier. Je pensais que tu étais vraiment malade. Je te promets de faire le nécessaire, j'ai contacté le service d'aide à la jeunesse, qui m'a promis d'intervenir. Sache que tu n'es plus seule, je suis avec toi. » [...]

[...]  Viviane lui explique l'entrevue avec mon père, puis à mon tour, je lui raconte ma vie. Viviane lui remet ensuite le certificat médical attestant des coups reçus. Le juge me demande alors de lui montrer ces fameuses marques. Il n'a pas besoin de regarder longtemps.

         - Je ne comprends pas comment un être humain peut faire cela à sa propre fille. J'ai deux propositions à te faire, Karima : soit tu rentres chez tes parents, soit je te place dans un foyer.

         - Je choisis le foyer !   [...]

photo_1579938