15/02/2008

Pekin 2008 : Citius, altius, fortius

Si la devise olympique – "Plus vite, plus haut, plus fort" ("Citius, altius, fortius") – doit être appliquée par les participants, le Comité olympique britannique (BOA) voudrait bien que ses athlètes ne se concentrent que sur le sport et ne s'expriment pas sur des sujets extrasportifs. Depuis les Jeux olympiques de Séoul (1988), le BOA demande aux participants britanniques de signer un contrat comprenant un engagement à 'ne faire de commentaires sur aucune question politique sensible..

Mais cette année, pour la première fois, ce contrat fait explicitement référence à l'article 51 de la Charte olympique, qui spécifie qu'aucune démonstration ou propagande politique, religieuse ou raciale n'est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique'. Les contrevenants risqueraient de ne pas être du voyage à Pékin ou d'en revenir avant la fin des Jeux.

Cependant, face à la polémique, le BOA a décidé de réétudier les termes du contrat soumis aux athlètes. En Belgique et en Nouvelle-Zélande, les instances sportives ont également tenté d'empêcher leurs athlètes de s'exprimer sur la situation politique en Chine et leur ont fait signer des clauses les invitant à n'aborder aucun sujet politique.

pekin-2008