05/10/2008

Qui est en geve ce lundi ?

 

Trains. Réseau paralysé en Wallonie. En Flandre, la grève risque d'être moins suivie.

Trams, bus, métros. Toutes les sociétés de transport en commun (TEC, Stib, De Lijn) seront en grève.

Poste. La poste devrait fonctionner à peu près normalement.

Grandes surfaces. Les grandes enseignes comme Delhaize, Carrefour et, dans une moindre mesure Colruyt, seront fermées. Un grand nombre de plus petites surfaces et de magasins de proximité resteront ouverts.

Banques. Perturbations limitées dans les banques. Beaucoup d'agences devraient ouvrir leurs portes.

Ecoles. Dans la partie francophone du pays, les écoles maternelles et primaires du réseau officiel observeront dans l'ensemble un mouvement de grève d'une journée. Dans l'enseignement libre, les professeurs observeront des arrêts de travail, mais en général, pas de grève d'un jour. Les syndicats recommandent aux parents de prendre contact avec l'école à la fin de cette semaine.

Administrations. Toutes les administrations fonctionneront normalement, même si des arrêts de travail limités dans le temps ne sont pas à exclure.

greve

 

19/09/2008

Journée d'action en Front Commun

Le 6 octobre 2008, Journée d’action en Front commun

pour le pouvoir d’achat

robindeslois

09/07/2008

Syndicats : rentrée chaude !

actuga4

12/06/2008

Alors, heureuse ?

Les autorités fédérales ont payé 860.000 euros à Uyttendaele

large_412405

09/06/2008

Mons : Manifestation pouvoir d'achat

dyn007_original_416_585_pjpeg_13100_9e1a82eab4c06a2c367dc8c3fc95a35e

Ce mardi 10 juin à 10 heures devant la gare de Mons

Cette semaine la FGTB et la CSC organisent en front commun des journées d'action en faveur du pouvoir d'achat, hier à Liège, aujourd'hui à Mons, demain à Namur.

Personne ne nie plus la hausse des prix de ces derniers mois. Pour l'année 2008, les banques estiment que l'inflation - la montée des prix - sera de 3,6% (ING) à 3,8% (KBC).

Pour que les salaires suivent, une norme salariale supérieure à 5% pour deux ans sera nécessaire, sans quoi les travailleurs, les chômeurs et les pensionnés connaîtront un appauvrissement collectif encore plus grave. Une part grandissante du budget des ménages file vers l'énergie et la nourriture.

Contre la vie chère, il faut plus de salaire. On a trouvé de l'argent pour faire de - très gros - cadeaux aux grandes sociétés, comme par exemple, la déduction des intérêts notionnels. Pour les travailleurs par contre, le moindre centime est un problème et l'indexation des salaires ne suffit pas à compenser la hausse des prix. L'index est en fait déjà tellement miné que le pouvoir d'achat réel baisse. La question est de savoir si une augmentation liée à l'index sera suffisante et s'il ne faudra pas que nous exigions une augmentation des salaires, qui pourrait être financée par exemple par un impôt sur les grosses fortunes (1 million d'euros  par exemple).

Nous devons bien prendre garde à ne pas perdre d'un côté ce qu'on nous a donné de l'autre en payant nous-mêmes nos augmentations salariales. Les réductions de taxes sur le travail peuvent sembler sympathiques mais, en diminuant les rentrées pour l'Etat, elles aboutissent à une diminution de moyens pour la collectivité, ce qui conduit au final à devoir payer pour des services offerts auparavant par l'Etat. La libéralisation du marché de l'énergie constitue un avertissement suffisant : quand la collectivité n'a plus aucun contrôle sur un secteur, on paie plus cher alors que ce secteur génère des profits record.

Les politiciens ont gaspillé près d'un an en vaines palabres communautaires, sans apporter de solutions tangibles à la question du pouvoir d'achat. Ils ont par contre accordé une baisse d'impôts aux entreprises, qui n'en ont pas besoin. C'est de l'argent perdu pour les équipements collectifs et la sécurité sociale! Une autre politique s'impose...


 

07/06/2008

Bus sans chauffeur

Yaka 47

Yaka 47

27/05/2008

Tec Charleroi toujours en grève

_0524lismonde