20/03/2007

Le retour des CCC ?

Le retour des CCC ? Un nouveau site vient de faire son apparition, il y a quelques temps : http://www.cellulescommunistescombattantes.be Je ne sais pas pour vous…mais je trouve qu’il y a quand même comme un malaise là ???J’ai récapitulé ci-dessous les faits et gestes des CCC depuis les dernières années pour vous donner une idée de ce qu’ils représentent. Si en soi la lutte des idées pour un monde plus juste n’est pas condamnable, on peut se poser la question de savoir si la violence est une solution pour imposer les siennes. Ces gens n’ont pas compris que les idées ne s’imposent pas par la violence, mais bien par le débat. Le pire c’est qu’il semble que Carette et Sassoye ne semblent pas renier les actes qu’ils ont commis par le passé dans le cadre de leur lutte contre le capitalisme…La question qui se pose est la même que pour l’extrême droite : la démocratie doit-elle tout autoriser pour que ses principes soient respectés ? 1982 - Fondation à Paris, avec Pierre Carette et des marxistes-léninistes français, de Subversion. Cette revue « pour le communisme » et la lutte armée révolutionnaire deviendra le creuset théorique des CCC.

1983 – Mise sur pied, dans la clandestinité, des CCC. Création de Ligne rouge (LR), un groupe d'agitation-propagande sympathisant des « Cellules ».

1984 – le 2 octobre, premier attentat des CCC. Sans succès, la police tente de capturer les CCC lors de l'« opération Mammouth ». Une piste wallonne est évoquée autour d'un inconnu Front national de libération wallon (FNLW).

1985 – Rupture idéologique des CCC avec AD et la RAF (janvier). Les opérations des CCC vont se multiplier (janvier-juin et octobre-décembre). Des attentats sont également commis par d'autres organisations : Groupe inconnu anarchiste, groupe flamand Don Quichotte, Front révolutionnaire d'action prolétarienne (mis sur pied de façon artificielle par AD)… le 1er mai 1985, c'est le drame : deux pompiers sont tués lors de l'explosion d'une camionnette placée aux pieds du siège du patronat belge, dans le centre historique de Bruxelles.

Deux militants-fondateurs (Pierre Carette et Bertrand Sassoye) et deux nouveaux activistes (Didier Chevolet Pascale Vandegeerde) des CCC sont arrêtés à Namur (16 décembre). Fondation de l'Association des parents et amis des prisonniers communistes (Apapc).

1988 – Procès des « 4 CCC ». Ils sont condamnés à la perpétuité. Contre leur régime carcéral d’isolement exceptionnel, des grèves de la faim sont organisées.

1997 – Les détenus des CCC sont légalement libérables. Campagnes régulières de l'Apapc pour réclamer leur sortie de prison.

2000 – Après des peines exceptionnellement longues au regard de l’histoire judiciaire de notre pays, libération de trois premiers CCC. L’Apapc se rebaptise en Secours rouge/Apapc.

2003. Pierre Carette sort de prison après dix-sept ans d’emprisonnement. Pour les anciens membres des CCC une question se pose : dans leur situation, comment contribuer concrètement au processus révolutionnaire ?

2006. Bertrand Sassoye est actif au sein du Bloc marxiste-léniniste, une organisation politique révolutionnaire. Pierre Carette est actif au sein du Secours rouge/Apapc et se consacre aussi à la valorisation des acquis théoriques et idéologiques du combat des années 1983-1985.