15/02/2008

Intégrisme et intolérance

La Néerlandaise d'origine somalienne Ayaan Hirsi Ali, menacée de mort par les intégristes pour ses propos contre l'islam, a formellement demandé jeudi à Bruxelles devant un groupe d'eurodéputés la protection de l'Union européenne.

Elle leur a demandé de soutenir la création d'un fonds européen pour protéger les personnes dont le seul crime est d'avoir usé de la liberté de parole, , invitée par le groupe socialiste du Parlement européen pour un débat. S'appuyant sur plusieurs articles de la Charte européenne des droits fondamentaux adoptée début janvier, plusieurs députés européens demandent la création d'un nouvel instrument communautaire pour financer la protection des personnes menacées pour leurs opinions.

L'idée bénéficie également du soutien du président français Nicolas Sarkozy, lequel a indiqué vouloir proposer sa création lors de la prochaine présidence française de l'Union, au second semestre 2008.

 

Ayaan Hirsi Ali est menacée de mort depuis l'assassinat en 2004 du réalisateur Théo Van Gogh avec qui elle avait réalisé un film sur les femmes et l'islam, et vit depuis plusieurs années sous protection policière.

publicite_baillon220pix



Le gouvernement néerlandais a cessé en octobre de financer sa protection hors de son territoire.


Mme Hirsi Ali était le week-end dernier à Paris pour y solliciter la nationalité française après les déclarations de campagne électorale de Nicolas Sarkozy qui avait offert "à chaque femme martyrisée dans le monde la protection en lui donnant la possibilité de devenir française". Mme Hirsi Ali pourrait ne pas être la seule à profiter d'un éventuel fonds communautaire de protection. Le nom de l'écrivaine bangladaise Taslima Nasreen, elle aussi menacée par des fondamentalistes musulmans pour ses écrits, est également évoqué.

 

Où on reparle à nouveau des caricatures ! (Voir mon post "Liberté de dessiner et de rire du 13/02)

 

Nouvelle nuit d'émeute à Copenhague de la capitale danoise où vivent de nombreux immigrés. Au moins 11 véhicules ont brûlé dans plusieurs quartiers de la capitale danoise et 10 dans la ville de Kokkedal, au nord de Copenhague. Dix-sept jeunes ont été arrêtés dans la nuit de mercredi à jeudi à Copenhague où des dizaines de voitures avaient été incendiées avec des cocktails Molotov. Mercredi, 17 journaux danois ont édité une caricature du prophète Mahomet réalisée par un auteur qui était la cible d'un attentat, déjoué la veille par la police. Les observateurs estiment que les émeutes sont liées à cette publication.

 

i5973306-0203Chappatte

13/02/2008

Liberté de dessiner et de rire

POUR LA LIBERTE DE DESSINER ET DE RIRE

Onze journaux danois, dont les trois plus grands, ont publié ce matin, au nom de la liberté d'expression, une caricature du prophète Mahomet dessinée par un auteur qui était la cible d'un attentat, déjoué la veille par la police.


car

Parmi ces journaux figure le grand quotidien conservateur Berlingske Tidende qui a décidé pour la première fois de reproduire cette caricature controversée - la tête du prophète coiffée d'un turban en forme de bombe à la mèche allumée - pour montrer, à l'instar des autres journaux, son refus de l'autocensure après les menaces de mort contre un dessinateur de la presse. "La liberté d'expression donne le droit de penser, de parler et de dessiner ce qu'on veut (...) et les projets terroristes n'y changeront rien", écrit le quotidien dans un éditorial. La police a arrêté mardi un Danois d'origine marocaine et deux Tunisiens qui projetaient d'assassiner Kurt Westergaard, l'auteur de ce dessin qui était l'un des douze caricatures de Mahomet publiées le 30 septembre 2005 dans le journal danois Jyllands-Posten.

i825850213-4vandeNadort