19/03/2008

Les hésitations de Joëlle

 

Joëlle Milquet aimerait bien devenir vice-première ministre du gouvernement (ça c'est certain) et s'occuper de la Justice (ça c'est à voir). Le problème c'est qu'elle est toujours présidente du CDH et que ce genre de cumul est interdit par les statuts du CDH (on est pas au MR ici). Mais il serait tout à fait logique qu'elle prenne part au gouvernement Leterme, étant donné le travail qu'elle a fourni durant tous les mois de crise politique. Alors Joëlle hésite, se tâte,abusus non tollit usum (dirait Reynders). On peut abuser de tout, même des meilleures choses ; ce n'est pas une raison pour renoncer à faire un bon usage des choses dont d'autres abusent.

Le problème du CDH serait de la remplacer. Lutgen, Fonck, Prevost... ? Du point de vue du CDH, les trois options sont valables, mais il n'est pas certain que Milquet souhaite abandonner déjà la présidence de son parti sans avoir préparé sa succession. Il se dit dans les couloirs qu'elle pourrait éventuellement continuer à la présidence du parti jusqu'au mois de juillet, mais il n'est pas certain que les pontes du CDH la soutiennent dans ce choix, certains verraient par le départ de Joëlle Milquet de la présidence, une occasion de recentrer les prises de position du CDH, qu'ils estiment pour l'instant trop à gauche. La réponse sans aucun doute dans le courant de la journée...

_19_2_kroll