17/01/2008

Vous vous appelez Michele Martin

Elle a refusé la publication de ses entretiens, mais le livre sortira le 1er février. L'ex-épouse de Dutroux raconte sa vision des choses, avant et après le procès.

 "Vous vous appelez Michelle Martin", voilà le titre du récit de Nicole Malinconi, à paraître le 1er février 2008 . Un ouvrage étonnant à plusieurs titres. Michèle Martin a refusé la publication de ses entretiens, mais le livre sortira le 1er février. L'ex-épouse de Dutroux raconte sa vision des choses, avant et après le procès. D'abord parce qu'il n'est pas fréquent qu'une personne placée dans la catégorie des "monstres" par le grand public s'exprime ainsi. Ensuite parce que la forme du livre est inhabituelle. L'auteur, réputé, a en effet rencontré l'ex-épouse de Marc Dutroux à de nombreuses reprises, à partir de février 2006, dans sa prison de Namur. C'était à la demande de Martin qui pensait à écrire. Mais qui n'a pas aimé le texte de Mme Malinconi parce qu'elle le trouve trop subjectif et a donc refusé qu'il soit publié. Alors qu'il le sera quand même.Enfin, l'ouvrage, qui frise l'étude psychologique, éclaire celle qui a laissé mourir Julie et Mélissa, et qui était pourtant elle-même trois fois mère sous une lumière crue.

 Avec quels effets du côté des parties civiles, que Martin prend à peine en compte dans ses réflexions, c'est à voir : il ne faut pas être grand clerc pour deviner ce que ce livre va provoquer chez ses victimes survivantes, Sabine Dardenne et Lætitia Delhez, comme douloureux sentiments. « On peut écrire tous les livres que l’on veut sur l’affaire Dutroux, concède Jean-Philippe Rivière, l’avocat de Sabine. Mais publier un livre émanant de propos tenus directement par Michelle Martin est choquant et peine ses victimes. »

Me Rivière s’interroge sur l’accord financier passé entre Nicole Malinconi et Michelle Martin qui, initialement, lui avait demandé d’écrire ce livre, avant de le rejeter « parce qu’il la desservait ».« Soit Mme Martin touchera des royalties et nous appelons alors à acheter ce livre car cela permettrait d’indemniser les victimes auxquelles elle n’a encore rien payé. Soit, Mme Martin ne touche rien et nous nous trouvons alors face à un ouvrage dont l’auteure ramassera de l’argent sous le couvert de Michelle Martin. Voilà qui suscite l’agacement et le dégoût de Sabine Dardenne qui, dans ce cas-là, appelle la population à boycotter le livre de Nicole Malinconi ».Ce livre ne profitera pas à Michelle Martin. Son avocate, Me Sarah Pollet, qui examine une éventuelle action demandant le retrait de l’ouvrage non approuvé par sa cliente, nous assure qu’aucun « accord financier » n’avait été conclu entre Martin, Malinconi et les éditions Denoël. « Elle ne comptait en obtenir aucun revenu et ne voulait pas s’exprimer en échange d’argent. Pour elle, il ne s’agissait que de s’exprimer. »Au nom de Lætitia Delhez, Me Georges-Henri Beauthier exprime les mêmes réserves. « Comment peut-on faire de l’argent sur le mensonge ? Voilà qui atteint l’indécence ! » Selon l’avocat, les mensonges de Michelle Martin « montrent qu’elle n’a rien compris, qu’elle n’a pas accepté la vérité judiciaire et qu’elle est susceptible de récidiver dès sa sortie, ce qui est une perspective effrayante ».   

 

Le Livre 

 

 

Dans ce livre on assiste donc au compte rendu de discussions à bâtons rompus, dix fois reprises, dix fois soupesées, sans avancées sur le plan judiciaire. Tout n'est pas dit exactement comme au procès, mais rien ne diverge : "Ils mentent quand ils parlent de la thèse du réseau", dit-elle par exemple en se replaçant à l'époque, car "il n'y a jamais eu personne".Alors que la question d'origine proposée par l'auteur était : "Comment est-ce possible (de laisser mourir des enfants) ?" Martin veut surtout expliquer comment il est possible de suivre un homme jusqu'à l'abjection.Elle mélange raisonnements alambiqués, positions égoïstes et témoignages sans doute très vrais sur la vie avant Dutroux et celle avec lui, dans un bouquet vite écoeurant - intéressant, mais écoeurant. "Quand j'ai entendu 30 ans (de prison) , je me suis effondrée", déclare ainsi celle dont on se demande si elle a de vrais regrets.

S'interrogeant sur ce qu'elle pouvait vraiment écrire, l'auteur s'adresse ainsi à Martin : "Pour écrire l'autre livre, il aurait fallu dans vos mots non seulement le constat, mais aussi le regret".

Ailleurs, Michelle Martin "croit" que Dutroux procédait comme ci ou comme ça, lors des viols des années 80, dont elle était complice. "Croit", relève Mme Malinconi, comme si c'était un détail anodin dans la mémoire de celle qui semble vouloir "dissoudre le passé". Et qui s'offusque encore que la gendarmerie soit intervenue armée, lors de son arrestation en 1996, car ce jour-là, ils venaient "juste" pour libérer une fillette !

"Vous vous appelez Michelle Martin", Nicole Malinconi, Ed. Denoël, Paris, app. 18 €, 111 p.

A vous de voir….boycott ou non…

 Bibliographie de Nicole Malinconi

- Hôpital silence, Ed. de Minuit, coll. Documents, Paris, 1985. Prix Rossel, Bruxelles, 1985. Rééd. avec un texte-préface de Marguerite Duras, Labor, Bruxelles, 1996.

- L'attente, récit, Jacques Antoine, Bruxelles, 1989. Rééd. Labor, Bruxelles, 1996 avec Hôpital silence.

- Traces, plaquette peinture-écriture avec Christine Nicaise, Ed. de l'Ambedui, Bruxelles, 1990.

- Nous deux, récit, Les Eperonniers, Bruxelles, 1993. Prix Rossel, Bruxelles, 1993. Nominé Prix NCR Littéraire, Bruxelles, 1993. Rééd. Labor, Bruxelles, 2002.

Ces trois livres (hormis Traces) ont fait l'objet d'une adaptation théâtrale, Elles, réalisée et jouée par Nicole Colchat, comédienne au Théâtre des Bateliers à Namur en 1996, au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, la même année et au Théâtre du Rideau de Bruxelles en 1997.

- Da solo, récit, Les Eperonniers, Bruxelles, 1997. Nominé Prix des Lycéens de Belgique, 1999. Rééd. Labor, Bruxelles, 2002 avec Nous deux.

- Rien ou presque, brèves, les Eperonniers, Bruxelles, 1997. Prix Lucien Malpertuis de l'Académie royale de langue française, Bruxelles, 1997. Prix triennal de la ville de Tournai, 1998. Rééd. Ed. Labor, Bruxelles, 2006, coll. Espace Nord.

- Sottovoce, livre d'artiste avec Gabriel Belgeonne (30 ex. signés et numérotés), Tandem, Gerpinnes-Charleroi, 2001.

- Jardin public, brèves, Le Grand Miroir, Bruxelles, 2001.

- Détours à Grignan, textes courts, Colophon, Grignan, 2002.

- Portraits, prose poétique, Le Grand Miroir, coll. La petite littéraire, Bruxelles, 2002.

- A l'étranger, récit, Le Grand Miroir, Bruxelles, 2003. Rééd. Labor, Bruxelles, 2005.

- Les oiseaux de Messiaen, dessins de Mélanie Berger, Esperluette, 2005.

- Petit abécédaire de mots détournés, Ed. Labor, coll. Grand espace nord, Loverval, 2006.

- Au bureau, récit, Ed. de l'Aube, La Tour d'Aigues (France), 2007; coll. Regard croisés.

- La porte de Cézanne, en collaboration avec le peintre Jean-Gilles Badaire, Esperluète; coll. Cahiers.

A paraître :

- Une monographie sur la sculpteure Anne Jones, Artgo, Bruxelles.