20/01/2008

La pensée du dimanche

"Accepter une loi dictée au sommet du Sinaï est une démission humaine. N'attendons pas une vérité révélée pour savoir comment nous comporter. C'est à nous de décider en commun ce qu'il faut faire et ce qu'il ne faut pas faire."


(Albert Jacquard)

jpg_moise3

12/01/2008

Les musulmans d'Europe

Une charte pour les musulmans d'Europe Quatre cents associations islamiques ont signé à Bruxelles la "Charte des musulmans d'Europe" : pour la première fois, elles parlent d'une seule voix et tracent l'ébauche d'un islam européen, laïc, pragmatique et intégré.
  
  
  
  
  image
  

Si s'intégrer pacifiquement dans les sociétés européennes est un devoir, celui de construire des mosquées et de porter les vêtements propres à sa tradition est un droit. Pour la première fois, la société civile musulmane de notre continent essaie de parler d'une seule voix à un vaste auditoire, en rejetant toutes les formes de terrorisme, en essayant de trouver une cohésion entre toutes ses composantes et en s'efforçant de s'expliquer, à elle-même et aux autres.


Mais elle précise aussi les points sur lesquels elle n'est pas disposée à céder car cela conduirait à la désintégration de son identité.
La "Charte des musulmans d'Europe", un document promu par la Fédération des organisations islamiques en Europe (FIOE, proche des Frères musulmans) et soutenu par les principaux organes religieux islamiques, doit être signée cet après-midi à Bruxelles par 400 associations musulmanes provenant de tous les pays de l'Union européenne et de Russie. Ce document, par la volonté de la Fédération des organisations islamiques en Europe, est au centre de cette initiative et pourra, à l'avenir, être signé aussi par les associations chrétiennes.

Les six pages du document s'adressent aux musulmans et au reste du monde, et ont pour objectif d'en finir avec "les préjugés et l'image négative qui s'interposent entre l'Islam et l'Occident ". C'est pourquoi la première partie de la Charte définit une représentation de l'islam à l'usage de ses croyants, mais aussi de tous les citoyens européens, bien loin des dérives extrémistes : non au terrorisme, non à l'interprétation violente du djihad, oui à l'égalité entre hommes et femmes.

Après l'énoncé de ces principes, la Charte demande "la reconnaissance des musulmans en tant que communauté religieuse européenne" et rappelle qu'une acceptation mutuelle fondée sur le dialogue et la connaissance réciproque favorise la paix, le bien-être de nos sociétés et aide à venir à bout de "l'extrémisme et [de] l'exclusion ". Deux concepts accolés volontairement, puisque c'est précisément la ghettoïsation, imposée ou volontaire, des communautés islamiques qui engendre la violence. Un mal qu'il faut combattre, de même qu'il faut combattre la fracture entre les diverses ethnies musulmanes et les différents courants islamiques présents sur le Vieux Continent, lesquels - et c'est un des messages clés de ce texte - doivent s'"unir" pour leur bien et pour celui des autres. En tournant le regard vers l'extérieur de la communauté et fortes de leur union, les associations exhortent au respect des lois et des autorités.

Le message est formulé avec une grande clarté : les musulmans croient en "la neutralité de l'Etat", avec un corollaire non négligeable. "Cela signifie agir de manière impartiale avec toutes les religions et leur permettre d'exprimer leurs valeurs et leur credo : c'est pourquoi les musulmans ont le droit de construire des mosquées et des instituts religieux, de pratiquer leur religion dans le cadre de leurs activités de tous les jours, y compris dans leur alimentation et leur habillement." Un principe inviolable, tempéré par l'exhortation à être des "citoyens actifs et productifs" et à "s'intégrer de manière positive", tout en préservant son "identité musulmane", car toute forme d'intégration qui rejette ce postulat "ne sert ni l'intérêt des musulmans ni celui de la société".

Il a fallu huit ans pour rédiger cette Charte. Après le 11 septembre 2001, tout est devenu plus difficile et les associations se sont trouvées confrontées au terrorisme islamiste de provenance européenne, un phénomène jusqu'alors inconnu.

22/07/2007

La priere du dimanche

Mon Dieu, mon Dieu, délivrez-nous de toutes les religions.

 

religions

 

21/07/2007

Le communautarisme

Le communautarisme, maladie du nouveau millénaire ? 

 

La tendance dominante actuelle, il faut bien le constater est au repli sur les rêves passéistes, voire aux utopies réactionnaires. Parce que le monde vit sous la dictature de l’économie financière, autoritarisme invisible car camouflé sous les bannières  souveraines des Etats même ceux qui se disent impériaux agissent sous la dominance des groupes financiers multinationaux…Parce ce que l’émancipation humaine par le progrès n’a pas marché, parce que le socialisme et/ou le communisme se sont égarés quelque part en cours de route et que leurs caricatures que nous avons rencontrées d’ici et delà ont fini par les discréditer, l’Homme croit trouver refuge dans son identité nationale, ethnique ou encore religieuse, culturelle…au nom de racines qui ne sont jamais que du folklore.

 

Il y a l’Europe, avec son drapeau qui n’en est pas vraiment un et sa démocratie qui n’en est pas vraiment une avec son obsession de tout au libéralisme économique sans entraves, même sa pseudo constitution n’était qu’une ode au libéralisme paneuropéen triomphant grâce à la libre concurrence et à la monnaie unique. Donc drapeau, plutôt un oripeau sans formes précises qui entraîne dans ses plis, tout un lot de nationalismes dérisoires, par exemple au pays basque ou l’ETA qui ne représente que 15% de la population a rompu une fausse trêve et entretien un rêve indépendantiste qui n’a plus de raison d’être et est totalement hors du temps. Il y a aussi le Kosovo et ceux qui veulent à tout prix (les américains par exemple) parachever le démontage, pièce par pièce de l’ex-Yougoslavie …(Figaro reviendra bientôt avec un article sur la problématique du Kosovo) .

 

Plus proche de nous et tout aussi préoccupante l’impasse de la société multiculturelle. Pour la gauche au sens large et sa tradition de générosité soucieuse de défense des minorités, contre les chancres du racisme ordinaire et de la xénophobie, anticolonialiste, la société multiculturelle pourrait être comprise comme un brassage des cultures, une sorte de métissage menant à l’internationalisme si cher aux progressistes de tous bords.

Au lieu de cela nous en sommes arrivés à l’apparition de ghettos, d’abords il s’agit de ghettos sociaux puis ils deviennent culturels, religieux, ethniques, etc….et la gauche s’est divisée et sur la laïcité et sur le féminisme, et sur….

 

Il y a eut une période où il n’était pas possible de mettre dans le mot culture des éléments qui seraient contraires à des valeurs universelles d’égalité et de liberté de pensée, d’égalité des hommes et des femmes, de la liberté de conscience individuelle contre la pression du groupe et des traditions.

Face au sujet hautement symbolique du voile/foulard islamique, ce n’est pas d’une liberté vestimentaire qu’il est question, mais des revendications qui se cachent derrière qu’il s’agit ; les diktats intégristes (cléricaux) : la remise en cause de la mixité scolaire, des cours séparés pour garçons et filles, des leçons opposant religion et sciences, tout cela dans un monde où des dizaines de millions de gens en sont encore à croire à la création de l’homme au lieu d’admettre l’évolution des espèces.

 

C’est tout cela qui vit déjà dans les ghettos, c’est là que le fanatisme religieux reprend des forces aux quatre coins du globe, fanatisme qui déchire Israël et Palestine, fanatisme qui nourrit les boucheries d’Irak, du Liban, du Pakistan, de l’Afghanistan….

 

Le triomphe du capitalisme néo-libéral : faire se battre les pauvres entre eux…et en plus ça rapporte…gros !

 

lhomme_unique_medium

 

15/07/2007

La pensée du dimanche

Qu'est ce qui est le plus vraisemblable :
un dieu mauvais joueur ou un simple hasard ?

dieu_joystick

 

08/07/2007

La pensée du dimanche

14672511

 

14672527

 

14672545

 

01/07/2007

La pensée du dimanche

 
 
 
chat-dieu