13/05/2008

La vérité si je mens....

60

29/04/2008

L'humeur du jour 29/04

 

Politicien et politicard ça rime comme Gainsbourg et Gainsbarre ou comme Dr Jekkyl et Mister Hyde. Car il faut bien l'avouer, si nos politiciens ont la plupart du temps un comportement que l'on pourrait qualifier de plus ou moins normal, je dis bien plus ou moins, ce sont quand même des professionnels de la politique, il est des occasions où ils semblent se transformer en autistes patentés et pas des Aspergers malheureusement, n'ayant plus aucune empathie pour les préoccupations réelles de leurs électeurs.

Dans ces moments de crises, il semblerait bien que la prise de la moindre décision leur soit impossible. Il suffit qu'il y en ait un pour exprimer une idée (si, si, ça arrive), pour qu'aussitôt il y en ait dix autres pour prétendre le contraire...

Il y a les cas simples comme par exemple émettre un règlement national entrant en vigueur immédiatement interdisant la vente de recharges de gaz pour briquet aux mineurs. Dans notre naïveté citoyenne, nous pourrions croire qu'il s'agit là de quelque chose de simple à mettre en place...ben non.

Etablir un arrêté royal sur les chiens dangereux ou supprimer un numerus clausus en cas de nécessité...non plus.

Il y a aussi le refus de ces mêmes édiles de prendre en compte l'avis de la majorité des belges dans certains dossiers délicats, qu'il s'agisse comme ce fut le cas à l'époque de la discussion sur le droit de vote pour les étrangers non européens, il faut bien admettre que si on avait demandé l'avis des belges par referendum, quelle que soit notre opinion personnelle sur le sujet, la réponse aurait été non. La même chose est valable pour la Constitution Européenne, à l'instar des français ou des hollandais ou encore sur le droit ou l'obligation de voter et il existe encore de nombreux autres exemples....

Et puis il y a le débat institutionnel et le dossier BHV. Dossier dont tout le monde se fout comme de sa première chemise, mais qui semble pour nos (très) chers élus d'une importance fondamentale au point que la gestion de la Belgique en soit paralysée et bancale depuis bientôt un an.

Les politiciens de tous les partis présents au Parlement, il n'y en a pas un pour faire preuve de plus de bon sens que l'autre, ont délibérément décidé de faire l'impasse sur les préoccupations majeures de la population : pouvoir d'achat, prix de l'énergie, les pensions, l'emploi,...etc...etc....et d'immobiliser la Belgique tant qu'une décision ne soit obtenue à ce sujet. Alors que si on demande aux belges ce qu'est BHV, il y en a un tas qui se demande s'il s'agit d'un nouveau virus ou d'un nouveau concurrent de DHL voulant effectuer des vols de nuit au-dessus de Zaventem....

En tous cas, il est à espérer que les électeurs se souviendront avoir été laissé en rade par leurs représentants politiques, lorsqu'ils se retrouveront en 2009 dans l'isoloir, sinon ce serait à désespérer du proverbial bon sens belge (celui de la population bien sûr).

Comme le dit Luc Delfosse dans Le Soir, personne - ni nous, ni votre voisin, ni son cocker, ni aucun membre de l'élite de ce pays, si ce n'est quelques cadors et une poignée de chihuahuas du Nord et du Sud - n'envisage une seconde de mourir pour BHV. Alors arrêtons de polluer notre temps avec ce dossier qui mérite mieux que des ukases.

Regardez donc le ciel : le nuage noir qui fond sur nous s'appelle récession. Et le vent mauvais qui le pousse exige que l'on hausse la voix.

Clipboard01

22/04/2008

Nouveau siège du Parlement Wallon ?

54

12/04/2008

Nos politiciens sont des imbéciles

 

Alors que la Belgique étouffe dans l'œuf la formation de ses médecins en imposant un strict numerus clausus aux jeunes qui veulent se former, elle en importe par wagons de tous les pays du monde. Le Soir révèle que le Conseil national de l'ordre a autorisé en 2007 pas moins de 434 médecins étrangers à exercer sur notre territoire. Et ceci alors que l'Etat ne permet pas à plus de 700 nouveaux médecins belges (420 Flamands, 280 francophones) de recevoir un numéro Inami, sésame pour exercer sur notre territoire.

Officiellement, cette restriction, surtout voulue par la Flandre et une partie des syndicats médicaux, a pour but de ne pas basculer dans la suroffre médicale, qui entraînerait une surconsommation de soins, dommageable pour la Sécu mais sans aucun bénéfice pour la santé publique.

Cet argument, pourtant, a largement été invalidé par plusieurs études. La plus récente, celle du Centre fédéral d'expertise des soins de santé, constate même que le niveau de dépenses de santé par habitant est inversement proportionnel à la densité de médecins... En clair, les arrondissements du pays qui affichent les dépenses de santé parmi les plus élevées sont aussi ceux qui comptent le moins de médecins. Et à l'inverse, l'arrondissement qui héberge le plus de médecins est aussi celui où on relève, côté wallon, le plus faible niveau de dépenses.

Malgré cette démonstration, le numerus clausus est toujours là. Mais les gens malades sont là aussi et ont besoin de soins. Que font donc les hôpitaux, quand ils ne trouvent plus que deux médecins belges dans un service où il en faut en remplacer cinq pour répondre à l'urgence ? Ils font leur marché à l'étranger. En 2007, 69 médecins, soit autant que la promotion entière d'une fac de médecine francophone, sont venus des Pays-Bas. 69 de France, 23 d'Allemagne et 25 d'Italie.

Mais depuis l'extension de l'Union, les rayons du magasins se sont étendus : pas moins de 136 Roumains (plus six Belges formés en... Roumanie, sans doute pour contourner le quota belge) sont venus renforcer l'offre médicale dans notre pays. Soit la moitié des médecins francophones admis à exercer la même année ! Les patrons du KCE mettaient en garde contre « le spectre de voir se former des files d'attente ou d'être forcés, à un moment donné, de faire appel à des médecins étrangers ». Comme le relèvent ci-dessous les experts de la FEF, qui réclame la fin du numerus clausus, il faut des mois d'attente dans certains hôpitaux publics pour un rendez-vous. La médecine à deux vitesses n'est plus une crainte, mais une réalité.

suisse3.1193732844

10/04/2008

Leterme : Laloux est super

 

L'arroseur arrosé (et déjà clown attitré de Leterme Ier) Frédéric Laloux a donc été pris la main dans le sac, ou plutôt sur le pistolet de la pompe à essence (ou à mazout, ça dépendait du véhicule...). Là-dessus, son éternelle bête noire et ex-fossoyeur électoral Arnaud Gavroy a rappelé que son cas (c'est madame qui fait le plein pendant les collèges) fait l'objet d'une enquête chez Philippe Courard.

En toute logique, on s'attendrait à ce que celui de Fredo (« C'était alors pour les besoins de la fonction. Nous travaillions toujours au service des gens, il faut le rappeler ») subisse le même sort. Hé bien non ! Courard a répondu que la majorité namuroise n'avait qu'à laver son linge sale (et celui de son opposition) en famille.

La patate chaude dans les mains, Jacques Etienne (cdH) a annoncé qu'il n'y avait pas motif à poursuivre Laloux. En d'autres termes : on boucle l'affaire, du moins au niveau politique (côté judiciaire, ça grenouille, Le procureur général de Liège a décidé d'ouvrir une information judiciaire à charge du secrétaire d'Etat).

Merci Courard et Etienne, le PS a failli battre son propre record de la mise à l'instruction de ses membres...

laloux2

31/03/2008

Pigeon en 8 lettres

24 b

19:00 Écrit par Figaro dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour, politique, societe, elections, belgique, ps, mr, cdh, ecolo |  Facebook |

18/02/2008

Le salaire des parlementaires

Un parlementaire qui cumule plusieurs mandats politiques peut gagner au plus cette année 155.761 euros brut.

 

C'est le montant maximal que peuvent rapporter ses fonctions politiques à un parlementaire qui cumule avec un mandat au niveau local (bourgmestre, échevin, président de CPAS).
Le montant est adapté chaque année. Cette mesure de limitation trouve son origine dans la "nouvelle culture politique" lancée au début des années 1990. Depuis lors, un parlementaire qui cumule en exerçant d'autres mandats politiques, ne peut pas dépasser 1,5 fois ses émoluments parlementaires.

 

Soit environ 10 fois le salaire moyen quand même…..

affiche_salaires