19/03/2007

Flahaut Maintenance SA

flahaut

18/03/2007

Conclave budgetaire

Prémonitoire ?

 

kroll

Combien seront-ils à le renier avant....le 10 juin ?

Niouz du Facholand

Les rats (noirs) quittent le navire ou une défection de plus au sein du FN et une scission (de plus) dans l’extrême droite belge !

 

George Demoulin, le plus proche collaborateur du dictateur à vie Daniel Feret. Demoulin ancien militant communiste a illustré durant des années de ses caricatures le mensuel Le Nazional (sic) ainsi que les tracts du FN, principalement en représentant les dirigeants des partis démocratiques dans des postures ridicules. Non seulement le sieur Demoulin a claqué la porte mais en en plus il vient de créer un parti au nom , O combien évocateur, de « Démocratie ».

Si d’aventure, vous consultez le site www.lademocratie.be, vous découvrirez que l’emblème de cette nouvelle formation ( ???) politique est une….brosse à cabinet. Cet instrument, très pratique dans la vie courante, est ici détourné de son usage premier et représenté en premier-plan du frontispice du parlement fédéral. Ce qui n’est pas sans rappeler ce qui se faisait de meilleur dans le courant des années trente, en utilisant des …balais !!!

 

Il semblerait que cette tendance à la scission dans les mouvements d’extrême droite soit une tendance du genre dans un milieu où tout le monde veut être Führer à la place du Führer.

Petit rappel sans remonter trop loin en arrière :

En janvier 2005, le sénateur FN Francis Detraux est exclu du FN et fonde avec Jacqueline Merveille (sic), secrétaire générale du FN et Juan Lemmens, député bruxellois, Force Nationale. A la mi-2005, Detraux exclut Paul Arku de son parti, qui à son tout fonde aussi sec le Front des Bruxellois.

En novembre 2006, Pierre D’Ans quitte à son tour Force Nationale et fonde l’UMP.

 

Sa participation aux élections d’octobre 2006 a permis à Force Nationale de remporter quelques sièges, mais a surtout empêché l’élection de plusieurs mandataires FN à Charleroi et Liège.

Le Front des Bruxellois s’est également présenté aux élections, mais sans succès.

L’UMP, qui rencontre une certaine contestation des représentants du parti de Sarkozy en Belgique, semble entretenir de bonnes relations avec l’état major français du candidat à la présidence. L’UMP ainsi que Force Nationale seront  présents dans plusieurs provinces et à Bruxelles pour les élections de juin.

 

rats2

 

17/03/2007

Plus de faute à prouver

Les erreurs médicales mieux indemnisées dès le début 2008

En langage technique, on appelle ça une seconde lecture. Ce qui signifie que le texte, déjà validé une première fois en gouvernement, l'est définitivement après passage au Conseil d'Etat.

C'était, ici, très attendu. Car le texte en question est important. Il concerne les accidents thérapeutiques, plus communément appelés erreurs médicales .

Elles peuvent déjà être poursuivies, à l'heure actuelle. Mais la victime doit prouver trois choses : le dommage subi, l'existence d'une faute dans le chef du médecin ou du personnel soignant, ainsi que le lien de cause à effet entre les deux.

En pratique, c'est donc assez lourd. Et pas toujours possible. Des études montrent, par exemple, que 7 % des infections sont nosocomiales. Ce sont donc des infections contractées pendant une hospitalisation.

Cette lourde - et coûteuse - procédure ne sera bientôt plus d'actualité. La réforme concoctée par le ministre de la Santé, Rudy Demotte (PS), va nettement simplifier les choses.

Elle devrait entrer en vigueur en janvier 2008, pour autant que le Parlement trouve encore le temps de voter la loi d'ici à sa dissolution, soit le 2 mai. La commission Santé aurait promis de traiter le projet en priorité pour que ce soit le cas.

L'idée clé de la réforme est que, pour être indemnisé, un patient victime ne devra plus prouver que le seul dommage subi, lié à une prestation de soins. Il ne faudra donc plus démontrer la faute, ni le lien de celle-ci avec le dommage.

Un fonds des accidents

Les personnes dans le cas devront s'adresser à un f onds des accidents soins de santé . Celui-ci actionnera l'entrée en piste d'un assureur. La loi prévoit que la victime devra recevoir une réponse dans les 210 jours. Si elle est en désaccord avec celle-ci, elle aura toujours la possibilité de déposer un recours devant un tribunal.

Le montant des indemnités sera calculé de deux façons. D'abord, des statistiques ont été établies sur base des sinistres indemnisés ces cinq dernières années par les assureurs.

Ensuite, une fois la loi votée, le ministre déterminera, par arrêté, des franchises ou des plafonds. Ce sera notamment le cas pour des dommages moraux, mais pas pour les frais médicaux.

Le fonds sera constitué de dotations de l'Inami et de l'Etat, et des primes d'assurance des prestataires de soins, figées à leur montant actuel.

 

dec0606_01

 

16/03/2007

8 tonnes de maïs chez Sarkozy

Greenpeace a déversé huit tonnes de maïs transgénique devant le quartier général de campagne de Nicolas Sarkozy, dans le Xe arrondissement de Paris.

"En livrant du maïs transgénique à Nicolas Sarkozy, nous lui disons: 'Vous refusez de prendre position pour un moratoire sur les OGM en plein champ? C'est donc que vous voulez du maïs transgénique. Eh bien, en voilà!'", déclare le responsable de la campagne OGM de Greenpeace en France, Arnaud Poteker, dans un communiqué.

L'accès à la rue d'Enghien a été fermé par des cordons de CRS, qui interdisent aux journalistes et aux photographes de s'approcher de l'entrée du QG devant laquelle plus d'un mètre d'épis s'amoncellent.

Les membres de l'équipe de campagne peuvent cependant pénétrer dans les locaux en contournant le tas, explique un facteur descendu de sa camionnette faute de pouvoir livrer le courrier de l'UMP. "Ils attendront", a-t-il expliqué.

Le point de presse quotidien des porte-parole de Nicolas Sarkozy n'est pas menacé, assure-t-on dans l'entourage du candidat. "On n'a pas déclenché le plan Orsec!".

 

ogm_science_decision

 

11:27 Écrit par Figaro dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, sarkozy, ogm, greenpeace, presidentielles |  Facebook |

Ozone communautaire

Hier matin encore, 20% des conducteurs roulaient sur les autoroutes plus vite que les 90 km/h autorisés en cas de pic de pollution, signale la police fédérale.

La police de la route a effectué des contrôles spécifiques entre 06h00 et 11h00 le long d'autoroutes flamandes et sur le Ring de Bruxelles. C'est ainsi que 6.300 véhicules ont été contrôlés sur le territoire des provinces de Flandre occidentale, d'Anvers et du Brabant flamand. 1.066 conducteurs étaient en excès de vitesse et ont écopé d'une amende.

Mercredi, sur l'ensemble de la journée, environ 10.000 véhicules ont été contrôlés, dont 30% ont été flashés parce qu'ils roulaient plus vite que 90 km/h.

 

La Wallonie aura rapidement recours au parc de 43 panneaux lumineux à messages variables pour informer les automobilistes des circonstances défavorables pour l'environnement et les inciter à réduire leur vitesse de 30 km/h sur l'ensemble du réseau autoroutier.

Le but est d'abord d'informer pour ne pas prendre au dépourvu les conducteurs. Nous optons pour la sensibilisation et non pour l'application de sanctions à l'aveugle, précise Gaëtan Frippiat, porte-parole de Benoît Lutgen. Ces panneaux lumineux sont au nombre de 43 et sont disséminés sur l'ensemble du réseau autoroutier wallon.

Le gouvernement wallon a en outre décidé de mettre en place un groupe de travail dont la tâche sera de déterminer un "canevas de réactions" à adopter en cas de situation d'urgence telle que celle-ci, a affirmé de son côté la porte-parole de Michel Daerden, ministre wallon du Budget.

 

_15_kroll

 

Louis Michel, le retour

Louis Michel se présentera bien aux élections législatives du 10 juin. Il occupera la place de dernier effectif au Sénat. La liste MR au Sénat devrait être emmenée par Armand De Decker, selon la presse.

L'accord dans ce sens entre le commissaire européen et son président de parti, Didier Reynders, aurait été scellé mercredi midi lors d'un discret déjeuner au cabinet des Finances. Louis Michel ne devrait faire campagne que pendant un mois. Cela lui permettra de ne se mettre en congé de son mandat de commissaire européen que pendant cette courte durée.

 

nov3006_01