13/06/2008

On peut pas tout avoir

YAKA 54

Yaka 54

Parité politico-judiciaire

YAKA 57

Yaka 57

Moins d'emplois en Belgique

YAKA 56

Yaka 56

12/06/2008

Plus de pauvres, c'est mieux !

 

Tout compte fait, toute cette histoire de baisse de pouvoir d'achat, ce n'est pas une mauvaise chose...

C'est vrai quoi, si on prend rien que la problématique de la pollution, déjà si les travailleurs ont moins de pouvoir d'achat, non seulement ils achèteront moins de voitures et emprunteront donc plus les transports en commun, mais en plus ils finiront par ne plus posséder de voiture et ainsi donc le problème des files qui encombrent toutes nos autoroutes le matin et le soir des jours ouvrables sera résolu, ce qui fait que les plus riches se déplaceront plus facilement ce qui sera tout bénéfice pour l'économie du pays.

Il y aura également moins de bouchons sur les autoroutes françaises, italiennes et espagnoles pour partir en vacances, puisque les travailleurs appauvris n'auront plus les moyens de partir en vacances et devront se contenter de Barvaux sur Ourthe, du barrage de l'Eau d'Heure et d'excursion d'un jour à Paradisio. Tout bénéfice pour l'environnement car les charters n'existeront plus, fini tous ces vieux zincs dangereux et pollueurs ! De plus, il est bien connu que les pauvres roulent avec des vieilles bagnoles pourries qui polluent plus, comme ils n'auront plus les moyens d'acheter de l'essence, ils se débarrasseront de leurs vieux tacots polluants et hop, c'est tout bénéfice pour la couche d'ozone !

Un autre phénomène, c'est le temps perdu à faire la file dans les Carrefour et autres Delhaize, étant donné que les pauvres n'auront plus les moyens d'y faire leurs courses et devront se contenter des hard discounts, style Aldi et Lidl, les plus riches perdront moins de temps à faire leurs emplettes et pourront ainsi travailler plus pour gagner plus...

Dans l'enseignement aussi, cela résoudra les problèmes qui sont apparus avec le décret d'inscription d'Arena (surnommée la Bien Aimée), les pauvres inscriront automatiquement leurs enfants dans des écoles de proximité par manque de moyens et pour économiser sur les transports et donc ils ne se mélangeront plus aux autres dans des écoles mieux cotées. La mixité sociale, comme chacun sait étant un frein au développement harmonieux des enfants de milieux aisés.

Comme les pauvres n'auront plus les moyens de payer leurs factures de gaz et d'électricité et devront se contenter de s'éclairer à la bougie (les lampes à pétrole sont exclues bien sûr) et de se chauffer en enfilant plusieurs couches de pulls achetés chez Wibra, les riches pourront enfin faire jouer pleinement la concurrence des distributeurs d'énergie dans un marché restreint véritablement libéralisé.

La même chose est également valable pour le secteur alimentaire, comme les pauvres n'achèteront plus de viande, ni de produits laitiers ou  de légumes, la demande générale sera à la baisse ce qui fera chuter les prix et ça sera tout bénéfice pour les riches.

Plus de files dans les salles d'attentes des médecins où chez le dentiste, puisque les pauvres devront choisir entre manger et se soigner et qu'ils choisiront de manger plutôt que de se soigner, instinct de survie oblige (vous avez remarqué que les pauvres ont une vie pourrie, mais que néanmoins, ö paradoxe, il y  tiennent ?

Les banques n'auront plus à gérer les comptes en banques des pauvres et limiteront ainsi leurs frais ce qui relancera le marché financier grâce à l'augmentation des dividendes aux actionnaires. Il n'y aura également plus de prêts à accorder aux pauvres, donc moins de risques pour le capital et donc plus d'argent pour les placements boursiers....

Bref, la crise actuelle est directement imputable aux pauvres qui ont encore un peu de pouvoir d'achat, la solution consiste donc à les faire travailler plus longtemps (ne dis t'on pas d'ailleurs que l'oisiveté est mère de tous les vices) tout en restreignant leur pouvoir d'achat au maximum, de limiter le chômage dans le temps et autres mesures d'utilité publique ; la seule solution pour sortir de la crise actuelle...

Reynders for President !

La semaine de 60 heures

YAKA 53

Yaka 53

Alors, heureuse ?

Les autorités fédérales ont payé 860.000 euros à Uyttendaele

large_412405

Et si l'Irlande disait non ?

4891

 

L'Europe a un problème majeur: elle n'arrive toujours pas à se rendre légitime aux yeux de ses citoyens. Le paradoxe irlandais en est la nouvelle illustration, qui menace de faire replonger l'Union européenne dans une crise de confiance si le "non" l'emporte au référendum qui se tient aujourd'hui même sur le minitraité européen.

L'Irlande est le seul pays parmi les 27 à être tenu, par sa constitution, de ratifier le texte par la voie référendaire et non parlementaire.

Cette hésitation des irlandais démontre bien une chose : l' Europe qu'on nous propose, celle qui autorise les poulets à la javel américains, les OGM de Monsanto(ainsi Lutgen qui est contre l'introduction des OGM en Belgique est obligé par décision européenne de les autoriser en Belgique)  et la semaine de travail à 60 heures, cette Europe qui semble ne servir qu'à une seule chose, c'est-à-dire servir les intérêts des grandes multinationales et imposer une politique néo-libérale à l'ensemble de ses membres, cette Europe là, les européens n'en veulent pas, même si nos décideurs politiques, par manque de courage ou au contraire par affinités la plébiscitent et nous obligent à l'accepter.... Combien de temps encore ?