29/04/2008

L'humeur du jour 29/04

 

Politicien et politicard ça rime comme Gainsbourg et Gainsbarre ou comme Dr Jekkyl et Mister Hyde. Car il faut bien l'avouer, si nos politiciens ont la plupart du temps un comportement que l'on pourrait qualifier de plus ou moins normal, je dis bien plus ou moins, ce sont quand même des professionnels de la politique, il est des occasions où ils semblent se transformer en autistes patentés et pas des Aspergers malheureusement, n'ayant plus aucune empathie pour les préoccupations réelles de leurs électeurs.

Dans ces moments de crises, il semblerait bien que la prise de la moindre décision leur soit impossible. Il suffit qu'il y en ait un pour exprimer une idée (si, si, ça arrive), pour qu'aussitôt il y en ait dix autres pour prétendre le contraire...

Il y a les cas simples comme par exemple émettre un règlement national entrant en vigueur immédiatement interdisant la vente de recharges de gaz pour briquet aux mineurs. Dans notre naïveté citoyenne, nous pourrions croire qu'il s'agit là de quelque chose de simple à mettre en place...ben non.

Etablir un arrêté royal sur les chiens dangereux ou supprimer un numerus clausus en cas de nécessité...non plus.

Il y a aussi le refus de ces mêmes édiles de prendre en compte l'avis de la majorité des belges dans certains dossiers délicats, qu'il s'agisse comme ce fut le cas à l'époque de la discussion sur le droit de vote pour les étrangers non européens, il faut bien admettre que si on avait demandé l'avis des belges par referendum, quelle que soit notre opinion personnelle sur le sujet, la réponse aurait été non. La même chose est valable pour la Constitution Européenne, à l'instar des français ou des hollandais ou encore sur le droit ou l'obligation de voter et il existe encore de nombreux autres exemples....

Et puis il y a le débat institutionnel et le dossier BHV. Dossier dont tout le monde se fout comme de sa première chemise, mais qui semble pour nos (très) chers élus d'une importance fondamentale au point que la gestion de la Belgique en soit paralysée et bancale depuis bientôt un an.

Les politiciens de tous les partis présents au Parlement, il n'y en a pas un pour faire preuve de plus de bon sens que l'autre, ont délibérément décidé de faire l'impasse sur les préoccupations majeures de la population : pouvoir d'achat, prix de l'énergie, les pensions, l'emploi,...etc...etc....et d'immobiliser la Belgique tant qu'une décision ne soit obtenue à ce sujet. Alors que si on demande aux belges ce qu'est BHV, il y en a un tas qui se demande s'il s'agit d'un nouveau virus ou d'un nouveau concurrent de DHL voulant effectuer des vols de nuit au-dessus de Zaventem....

En tous cas, il est à espérer que les électeurs se souviendront avoir été laissé en rade par leurs représentants politiques, lorsqu'ils se retrouveront en 2009 dans l'isoloir, sinon ce serait à désespérer du proverbial bon sens belge (celui de la population bien sûr).

Comme le dit Luc Delfosse dans Le Soir, personne - ni nous, ni votre voisin, ni son cocker, ni aucun membre de l'élite de ce pays, si ce n'est quelques cadors et une poignée de chihuahuas du Nord et du Sud - n'envisage une seconde de mourir pour BHV. Alors arrêtons de polluer notre temps avec ce dossier qui mérite mieux que des ukases.

Regardez donc le ciel : le nuage noir qui fond sur nous s'appelle récession. Et le vent mauvais qui le pousse exige que l'on hausse la voix.

Clipboard01

Les commentaires sont fermés.