16/02/2008

Le monde politique inquiet

C'est la première fois depuis les élections du 10 juin 2007 et son irruption sur la scène fédérale qu’Yves Leterme fait l’unanimité, qu’il rassemble, que le chœur des partis – sans parler des médias – bat en sa faveur : tous lui souhaitent un prompt rétablissement, tous espèrent le revoir au plus tôt à leurs côtés.

C’est bien le moins.

L’homme souffre, et son hospitalisation après une hémorragie interne du système gastro-intestinal a un effet d’apaisement au sein du gouvernement intérimaire.

Budget 2008 ? « Beaucoup de travail a été effectué ».

Réforme de l’Etat ? « Le groupe des sages est arrivé presqu’au bout »…

Les ministres de Verhofstadt III rivalisaient vendredi de déclarations encourageantes. Une cohésion inédite.

Laurette Onkelinx a fait le plus fort. Implorant une prise de conscience générale, la ministre socialiste a appelé à « mettre à profit cet événement pour réfléchir à la situation dans laquelle s’est embourbé le monde politique ces derniers mois », à « donner un bon coup pour un renouveau, un changement de la vie politique actuelle », à « cesser tout ce stress, toutes ces salissures, toutes ces petites phrases les uns sur les autres

Des vœux fervents. Qui témoignent en creux de la dégradation des rapports politiques huit mois après les législatives, toujours dans l’attente d’un gouvernement stable pour le pays.

_16_Kroll_Capture

Les commentaires sont fermés.