18/01/2008

Reynders : beni oui-oui des flamands

Jeudi dans une interview au journal LE Soir Didier Reynders en tant que président du MR est a déclaré que Joëlle Milquet n’avait fait aucune demande à la table de négociations de l’Orange bleue, « ses déclarations, c’était toujours pour dire qu’elle ne voulait pas telle ou telle chose ».

Il affirmait également qu’elle porte largement la responsabilité de l’échec de l’Orange bleue, son parti ayant « à plusieurs reprises dit non ». Ou suggérait que le CDH propose de régionaliser la politique de l’environnement parce qu’il « a le ministre régional »… Ce qui s’ajoutait à son appel appuyé à « sortir de la culture du non », essentiellement destiné à Joëlle Milquet…

Du côté du CDH on apprécie peu…

« La présidente ne souhaite pas s’exprimer après cette 132e attaque, qui tourne au monomaniaque, de Didier Reynders », selon l’expression du porte-parole, .Et le propos est à la hauteur de l’exaspération CDH. Dire que Reynders qualifiait d’« assez serein » le climat entre francophones…

« Pour la 132e fois donc, le CDH demande qu’on relève le débat », « Ce qui est excessif est insignifiant ; ce qui est répétitif est affligeant ; et ce qui divise, entre autres les francophones, est irresponsable. »

« Si on comprend l’amertume de ne pas avoir été Premier ministre, cela ne doit pas tout permettre. »

« Mieux vaut être Madame Non face à l’inacceptable qu’un béni-oui-oui des Flamands ! Le CDH préfère construire un front francophone que de le diviser. »

Quand on voit l’ambiance entre ses leaders, on se dit que ce n’est pas gagné pour le 23 mars, parce que avant de défaire le sac de nœuds institutionnel, il faudrait d’abord que les francophones s’entendent entre eux, mais ce que dit le CDH n’est pas faux 9d4c86b9ad116a396b592bfc4f98c47e
 

Les commentaires sont fermés.