21/07/2007

Le communautarisme

Le communautarisme, maladie du nouveau millénaire ? 

 

La tendance dominante actuelle, il faut bien le constater est au repli sur les rêves passéistes, voire aux utopies réactionnaires. Parce que le monde vit sous la dictature de l’économie financière, autoritarisme invisible car camouflé sous les bannières  souveraines des Etats même ceux qui se disent impériaux agissent sous la dominance des groupes financiers multinationaux…Parce ce que l’émancipation humaine par le progrès n’a pas marché, parce que le socialisme et/ou le communisme se sont égarés quelque part en cours de route et que leurs caricatures que nous avons rencontrées d’ici et delà ont fini par les discréditer, l’Homme croit trouver refuge dans son identité nationale, ethnique ou encore religieuse, culturelle…au nom de racines qui ne sont jamais que du folklore.

 

Il y a l’Europe, avec son drapeau qui n’en est pas vraiment un et sa démocratie qui n’en est pas vraiment une avec son obsession de tout au libéralisme économique sans entraves, même sa pseudo constitution n’était qu’une ode au libéralisme paneuropéen triomphant grâce à la libre concurrence et à la monnaie unique. Donc drapeau, plutôt un oripeau sans formes précises qui entraîne dans ses plis, tout un lot de nationalismes dérisoires, par exemple au pays basque ou l’ETA qui ne représente que 15% de la population a rompu une fausse trêve et entretien un rêve indépendantiste qui n’a plus de raison d’être et est totalement hors du temps. Il y a aussi le Kosovo et ceux qui veulent à tout prix (les américains par exemple) parachever le démontage, pièce par pièce de l’ex-Yougoslavie …(Figaro reviendra bientôt avec un article sur la problématique du Kosovo) .

 

Plus proche de nous et tout aussi préoccupante l’impasse de la société multiculturelle. Pour la gauche au sens large et sa tradition de générosité soucieuse de défense des minorités, contre les chancres du racisme ordinaire et de la xénophobie, anticolonialiste, la société multiculturelle pourrait être comprise comme un brassage des cultures, une sorte de métissage menant à l’internationalisme si cher aux progressistes de tous bords.

Au lieu de cela nous en sommes arrivés à l’apparition de ghettos, d’abords il s’agit de ghettos sociaux puis ils deviennent culturels, religieux, ethniques, etc….et la gauche s’est divisée et sur la laïcité et sur le féminisme, et sur….

 

Il y a eut une période où il n’était pas possible de mettre dans le mot culture des éléments qui seraient contraires à des valeurs universelles d’égalité et de liberté de pensée, d’égalité des hommes et des femmes, de la liberté de conscience individuelle contre la pression du groupe et des traditions.

Face au sujet hautement symbolique du voile/foulard islamique, ce n’est pas d’une liberté vestimentaire qu’il est question, mais des revendications qui se cachent derrière qu’il s’agit ; les diktats intégristes (cléricaux) : la remise en cause de la mixité scolaire, des cours séparés pour garçons et filles, des leçons opposant religion et sciences, tout cela dans un monde où des dizaines de millions de gens en sont encore à croire à la création de l’homme au lieu d’admettre l’évolution des espèces.

 

C’est tout cela qui vit déjà dans les ghettos, c’est là que le fanatisme religieux reprend des forces aux quatre coins du globe, fanatisme qui déchire Israël et Palestine, fanatisme qui nourrit les boucheries d’Irak, du Liban, du Pakistan, de l’Afghanistan….

 

Le triomphe du capitalisme néo-libéral : faire se battre les pauvres entre eux…et en plus ça rapporte…gros !

 

lhomme_unique_medium

 

Les commentaires sont fermés.